17 août – Des haricots au kilomètre

Hier, j’ai commandé des haricots verts dans ma ferme bio. Les haricots sont un légume assez classique de la cuisine hongkongaise et on peut en commander très facilement dans les restaurants de dim sum où ils sont servis sautés avec une petite sauce absolument délicieuse !

Mais, quelle ne fût pas ma surprise en recevant ma commande. Les haricots mignons que j’attendais étaient gigantesques !

Après avoir fait quelques photos marrantes, j’ai fait quelques recherches et découvert que la variété d’haricots poussant en Asie du Sud Est est le fameux « haricot kilomètres ».

Sa plante (qui est une variété grimpante) atteint les 3 à 4 mètres de hauteur… et ses gousses peuvent mesurer de 80cm à un mètre !

Bref, en plus de pouvoir me permettre de me faire une perruque, sachez qu’ils sont délicieux.

24 mars – Notre coucou hongkongais

Tous les matins, au réveil, nous entendons le chant majestueux du Asian koel, un bel oiseau dont la voix me téléporte immédiatement en vacances.

Pour moi, les coucous dans les arbres, ce sont les matins de camping en France avec mes parents… la quête des croissants à vélo avec mon papa… les petits-déjeuners sous la pinède!

Bref, chaque matin j’écoute avec un plaisir sincère ce bel oiseau nous faire son aubade !

L’asian koel est un coucou asiatique qui peut mesurer jusqu’à 50 cm de long, au plumage noir pour les mâles et brun tacheté pour les femelles. Et à la particularité d’avoir un œil rouge flashy ! Ils vivent dans toute l’Asie, de l’Inde à Singapour, en passant par Dubaï et notre belle Hong Kong !

Et parce qu’une image vous sera plus représentative, voici à quoi il ressemble et son joli chant !

21 mars – Le réservoir de l’ananas

Samedi, nous voilà repartis en randonnée ! Pour l’occasion, nous décidons de faire le tour du Pineapple Dam, situé au Nord de Tsuen Wan. Le chemin s’appelle Pineapple Dam Nature Trail !

La balade est longue (environ 12 kilomètres) mais elle a le mérite d’être presque tout à plat… et la vue est sublime ! On se croirait dans les paysages du jeu Zelda, ou sur une montagne suisse (à l’exception de la faune).

Et tout le long de la balade, nous croisons singes, perroquets, tortues, bœufs… et même une femme promenant son iguane!

L’espace d’une journée… me voilà donc dépaysée! Mais mille images valent mieux que mille mots, voilà donc quelques photos de cette rando qui rejoint mon top 10.

14 mars – Tremblement de terre

Ce matin, la terre a tremblé à Hong Kong. Un séisme de magnitude 4.1 a secoué le Sud-est de la Chine à 2h29 du matin. L’épicentre était à 92 kilometres de Hong Kong.

Ceux qui me connaissent ne seront pas surpris. Je dormais comme un chat et je n’ai rien senti.

Par contre, dans la foulée, je vais vous raconter le seul séisme que j’ai expérimenté.

En avril 2019, nous étions à Taiwan avec Nicolas et mon amie M. Le temps béni où nous pouvions encore voyager.

Un matin, nous visitions une exposition japonaise complètement folle sur les odeurs (en gros, tu pouvais sentir des choses… du café au poisson périmé islandais en passant par des cheveux de vieux aux huiles essentielles, etc.). En sortant de la vitrine dédiée au stinky tofu, une alarme a sonné. Chacun a reçu un sms et tout s’est mis à trembler.

– Woaw ! me suis je dit. Franchement, balèze cette expo. Très interactive !

Au bout de quelques secondes, en voyant que les Taiwanais autour de moi ne semblaient pas trouver ça normal… je me suis dit que ce n’était peut être pas l’expo.

Un réflexe primaire s’est alors emparé de mon être. J’ai couru dehors. Il paraît qu’il ne faut pas faire ça… mais c’était mon 1er tremblement de terre. Le musée se situait dans un parc au cœur de Taipei et je me souviens encore précisément des arbres qui se balançaient de manière assez violente.

Notre séisme était d’une amplitude de 6.1. Il a fait un mort et 17 blessés.

24 février – Pollen

J’ai toujours été très allergique au pollen.

Si pour certains, printemps rime avec fleurs, retour des beaux jours et moments où batifoler dans les herbes, pour moi c’était une période d’yeux rouges, de crises d’asthme et de reniflements. L’arrivée du soleil après l’hiver a donc toujours eu une petite saveur aigre douce.

En arrivant à Hong Kong, j’espérais être débarrassée de ce problème puisque ni bouleaux, ni colzas et ni graminées ne semblaient peupler les forêts de ce petit territoire.

C’était évidemment une grossière erreur. Je suis une allergique par essence et j’ai donc la chance de réagir également aux banyans, aux orchidées et aux autres plantes exotiques de la région.

La seule différence, c’est que la saison la plus difficile reste l’hiver. En effet, à Hong Kong, les arbres pollinisent à tout moment puisque les températures ne sont jamais suffisamment froides pour les mettre au repos. Mais en hiver, l’air est « sec » (ou plus sec qu’en été…) et les petits grains dorés circulent donc mieux dans l’air, envahissant mes narines et m’empêchant de respirer. De plus, c’est la saison des fleurs… et toute la ville (même à 12 degrés) se pare de superbes couleurs.

C’est donc l’arrivée des beaux jours qui m’apporte un peu de tranquillité ! Et j’avoue trouver ça très plaisant.