23 novembre – Sensation hivernale

Il fait 14 degrés ce matin. Pour la première fois depuis de longs mois, sortir du lit a piqué légèrement.

En écrivant ces mots, je suis emmitouflée dans une couverture en laine, un thé fumant sur la table basse. A côté de moi, la bougie senteur sapin qu’on m’a offert diffuse son parfum. Si je fermais les yeux, je pourrais presque m’imaginer dans le salon de ma maison d’enfance, avec la neige au dehors et le sapin dressé fièrement dans le salon.

Il fait froid et j’adore ça !

11 novembre – Décalage

– Ok, on se parle à 15h.

– Ok. Attends… 15h… mais c’est quelle heure chez toi ?

– Là en ce moment, c’est 6h30.

– Ha mais tu es matinale !

– Oui ! D’ailleurs, je file me préparer. A toute !

– Attends… quand tu dis 15h, tu parle de 15h Suisse ou de 15h Hong Kong?

– 15h Suisse !

– Parfait. 15h Suisse. 22h Hong Kong !

– Mais c’est pas 21h ?

– Non, on est passés à l’heure d’hiver. C’est +7 maintenant.

Les petits calculs de la communication à distance !

08 novembre – Être étrange et étranger

Depuis que je vis à Hong Kong et que moi-même je suis une étrangère, je pense souvent aux étrangers en Suisse que je n’ai pas accueilli comme j’aurais dû le faire.

Je pense à ma collègue, qui venait d’arriver d’Allemagne et qui ne connaissait personne – à qui je n’ai même pas pensé proposer un repas ou une sortie en dehors du travail. Je pense à ces étudiants Erasmus que je voyais chaque jour à l’Université, qui ne savaient pas toujours comme se débrouiller et à qui je n’ai pas spontanément proposé mon aide. Ou encore à ces expat anglophones, perdus à Genève, que j’ai jugé car « ils n’essayaient pas de parler français… », et qui se regroupaient le weekend. Je pense à ces touristes nageant dans un environnement français parfois rude… et à tous ceux sur qui j’ai jeté des stéréotypes et des clichés !

Il a fallu que je m’expatrie, que moi-aussi je fasse face à la solitude des ailleurs, que je me heurte à la barrière de la langue, aux gens très sympas mais qui ont déjà des amis et une vie… aux blagues qui vont plus vite que mon niveau d’anglais… aux termes chinois qui ont différents sens… pour que je réalise que s’installer dans un autre pays est un grand recommencement teinté de craintes et d’isolement. Que se retrouver avec ses compatriotes n’est pas forcément un signe de fermeture d’esprit – que cela fait du bien de temps en temps, que c’est reposant… et que tous ces étrangers installés ailleurs sont gens courageux.

04 octobre – Le drame de l’expatrié

Un drame est survenu ce matin. J’ai terminé la confiture faite avec amour par ma maman… la meilleure confiture du monde, à l’abricot!

J’ai fait durer le pot le plus longtemps possible. 77 jours pour être exacte. 77 jours d’utilisation parcimonieuse… la pointe d’un couteau… le moins possible. Étaler au maximum la précieuse gelée pour être sûre d’en profiter longuement.

Maintenant, il va falloir être patiente… en attendant le prochain retour en Suisse!

02 septembre – Flashback

Le 29 août 2018, il y a 3 ans, nous donnions les clés de notre voiture à notre cousine, et le soir nous faisons l’état des lieux de notre appartement de Morges. Dès le jeudi 30, nous étions SDF pour quelques jours. Le vendredi soir 31, Nicolas s’envolait pour Hong Kong… Le samedi 02, je voyais mon frère pour lui dire au revoir. Je dormais alors chez divers amis, sur des coins de canapés… je lâchais quelques larmes, avant de m’envoler le 08 septembre pour cette folle aventure.

Nous n’imaginions pas où nous allions vivre. Nous ignorions alors tout ce que nous allions découvrir au bout de notre expatriation : les amis extraordinaires que nous rencontrerions, les découvertes, les spécialités culinaires, les quartiers, ces nouvelles langues que nous allions apprendre et approfondir, ce pays que j’aimerais de tout mon cœur… Tous les remous que nous allions également traverser, d’un typhon 10 à une crise politique, en passant par une pandémie.

Si ces trois merveilleuses années n’ont pas été de tout repos, je ne regrette rien… J’ai découvert en Hong Kong un endroit fantastique et par bien des aspects, je me suis découverte et j’ai pu surtout réaliser de nombreux rêves !

3 ans… Le temps passe à une vitesse à la fois folle… et à la fois très lente… et je suis heureuse de continuer mon petit bout de chemin sur ce petit territoire hors du commun.