20 septembre – Street glamour

Je marche d’un pas décidé vers le bar où j’ai rendez-vous, quand soudain je réalise avec stupeur que j’ai oublié de faire un test rapide.

En effet, depuis quelques temps à Hong Kong, il est nécessaire de faire un RAT sur lequel on doit inscrire son nom, la date et l’heure au stylo avant d’entrer dans les bars, boîtes de nuit ou encore les restaurants (si nous mangeons à plus de 8).

Je reste stoïque et en sortant du métro, je vérifie si le kiosque en vend. Bingo ! Près de la caisse, à côté des paquets de mouchoirs et des chocolats se trouve une pile de boîtes estampillées Rapid Test.

La partie rigolote commence. Accroupie dans une ruelle face au bar, je sors le tout de sa boîte. J’ai l’impression d’être un junkie en train de préparer sa dose. J’ai un sac à dos que j’ai basculé sur ma poitrine. Sur celui-ci, j’ai posé en équilibre la plaquette en plastique… j’ouvre le sachet contenant la fiole et tâche de la caler dans une poche pour ne pas qu’elle se renverse. Je glisse alors rapidement mon masque sous le nez pour me curer la narine, en tournant la tête à gauche et à droite. Personne en vue. Ouf. Je touille mon bâtonnet dans le liquide… verse les trois gouttes et patiente. Puis, quand le test est négatif, j’écris maladroitement au stylo les infos nécessaires.

Sortir est devenue une parade glamour.

19 septembre – Cat café

Je me lève samedi matin avec une idée en-tête : j’ai envie de visiter un cat café. Le concept est courant à Hong Kong. Dans les étages d’immeubles se cachent souvent des cafés thématiques : lapins, corgys, caniches ou chats… il est possible d’aller boire un verre en câlinant les mignonnes bébêtes !

Le cat café que nous choisissons se trouve à Tsim Sha Tsui et accueille des chats qui attendent d’être placés. Ainsi, dans un décor feutré, nous pouvons nous asseoir et admirer les félins. Tout est fait pour eux : perchoirs en hauteur, escaliers où se balader, jeux en tous genre… etc. Et ils dorment, sautillent ou jouent selon leurs humeurs.

Personnellement, je m’en donne à cœur joie et je gratouille les oreilles et les joues des félins qui passent près de moi en poussant des petits cris gagas. J’en ressors ragaillardie.

15 septembre – Alarme sous marine

Lundi. Jour férié pour le mid-autumn festival. Il est quinze heures. Nous sommes immergés dans la mer.

Alors que nous barbotons tranquillement, des alarmes retentissent. Elles sont stridentes. « Whouiiiiiiwhouiiiiiwhouiiiii ». Tout le monde se fige et fixe la cabine du mètre nageur. Il sort et dans son micro baragouine des choses en cantonais. Entre les grésillements et l’eau dans mes oreilles, je ne comprends rien.

Soudain, un escadron arrive. Ils sont quatre. Shorts rouges, t-shirt jaunes. Ils courent sur la plage faisant une belle concurrence à David Hasselhof. Ils sortent leurs hauts parleurs et le bruit recommence : « Whouiiiiiwhouiiiiiiwhouiiii », suivi par le même message mystérieux.

Je commence à m’inquiéter. Y aurait il un requin près des côtes, un tsunami en approche, un escadron de méduses urticantes ? Mais la foule reste étrangement calme.

– Qu’est ce qu’il se passe, demandé-je à mon voisin.

– Oh rien… L’homme là bas s’est approché trop près d’un caillou avec son wake-board.

Le calme revient alors… et les sauveteurs reprennent leur poste dans leurs tours de garde.

08 septembre – Accessoires

Nous habitons temporairement avec notre amie S. Elle déménage prochainement à l’étranger et loge chez nous en attendant.

S. est hongkongaise et elle est arrivée chez nous avec un lot d’accessoires mystérieux. De petites tasses en plastique multicolore attirent mon attention. Elles sont mignonnes et de tailles différentes… mais ne sont pas faites pour boire.

– A quoi ça sert ? lui demandais je curieuse.

– Chaque tasse permet de mesurer une portion de riz différente… en fonction du nombre de personnes ou du plat que l’on réalise.

Je secoue la tête ! Il m’en faut ! Je dose toujours mon riz dans des verres à eau sans savoir si les quantités sont correctes.

20 août – Des p’tits tests

Ce matin, nous devons nous rendre dans un centre communautaire pour notre dernier test PCR avant la liberté complète.

La procédure est bien rodée. Sur des terrains de sport, des tentes sont installées. En arrivant, on tend notre carte d’identité… on donne un numéro de téléphone. La réceptionniste nous donne un récipient et nous nous rendons sous d’autres tentes où des employés vont planter des petits bâtons au fond de notre nez et de notre gorge. On recevra ensuite le résultat par sms sous 24h.

Depuis notre départ de Suisse, il y a 10 jours, j’ai donc effectué 7 tests PCR (j’ai dû en faire deux au départ car l’infirmière a laissé tomber mon tube)… et 10 tests rapides.

Mes cavités nasales n’ont plus de secret pour moi.

Désormais, nous devrons simplement effectuer des tests rapides si nous souhaitons sortir dans un bar ainsi qu’une fois par semaine pour aller au boulot.