17 janvier – Humus

Hier soir, assise sur mon canapé, j’ai senti une drôle d’odeur. Celle de l’humus et des feuilles en décomposition.

Je me suis levée. J’ai cherché, ai reniflé toutes mes plantes avant de trouver la cause. Mon tabouret en bois sur lequel j’avais posé temporairement une plante avait commencé à moisir.

Pourtant, j’avais posé un chiffon entre le vase et le socle… et j’avais laissé tourner le déshumidificateur. Ca n’a apparemment pas suffit. La planche était noire, striée de lignes étranges. Elle avait commencé à prendre vie.

Ici, l’humidité ne nous laisse aucun répit.

12 janvier – Un petit quelque chose de différent

Je salue le garagiste qui officie en bas de chez moi. Il est debout sur le trottoir et porte un pneu en direction d’un véhicule garé juste en face de sa boutique. Il hoche la tête en me voyant, à son habitude, avant d’esquisser un sourire.

Mais un point me turlupine. Aurait il changé de coupe de cheveux ? Se serait il rasé la barbe ? Il y a quelque chose d’inhabituel dans son apparence.

Je continue ma route tout en réfléchissant longuement sans réussir à pointer du doigt le détail en question.

Puis, tout à coup, en entrant dans l’ascenseur, cela me revient. C’est la première fois que je le vois sans masque !

04 janvier – Les bords du lit

Cette nuit, j’ai risqué me casser la jambe en sortant du lit.

Non, je ne dors pas dans un lit à étages. Non, je n’ai pas un lit à baldaquin ultra-sophistiqué… Je vis simplement à Hong Kong. Et j’avais oublié qu’ici, il n’y a pas d’espace pour pouvoir marcher autour de son lit. Que si je veux ouvrir mon tiroir à chaussettes, je dois demander à Nicolas de sortir de la chambre. Que les tables de nuit nous semblent des objets d’un exotisme bouleversant.

Je me suis donc bêtement cogné contre le rebord de la fenêtre en voulant aller aux toilettes.

Comme quoi, on se réhabitue vite à l’espace.

08 décembre – Affaires d’hiver

Je prépare ma valise. Il est temps de ressortir les manteaux, les gros pulls, le bonnet et les chaussures en cuir. Cela fait depuis 2019 qu’ils dorment au fond de l’armoire.

Le manteau est lourd. J’avais oublié. Une couche de poussière s’est posée sur la laine. Les chaussures sont si difficiles à enfiler… et les pulls blancs ont jauni, roulés en boule derrière les vêtements d’été.

07 décembre – Adolescence

Une mère demande un service à sa fille. Elles parlent cantonais. Pianotant sur son téléphone, la maman ne semble pas à l’aise avec les nouvelles technologies et cherche désespérément quelque chose.

L’adolescente a encore ses rondeurs enfantines. Ses cheveux décolorés retombent devant son visage. Elle regarde sa mère en faisant claquer sa langue. Puis, elle lève les yeux au ciel et lui répond avec un ton ne laissant aucun doute quant à son degré de patience face à sa génitrice.

Sa maman s’emporte. L’adolescente tourne les talons et s’éloigne en secouant la tête.

Peu importe sa génération, ses origines ou le lieu où l’on habite, il y a des étapes de vie qui restent universelles.