13 janvier – Soupe sucrée !

A la pause de midi, mon amie Célia m’emmène dans un de ces petits restos spécialisés dans les desserts !

« On va choisir deux desserts que tu ne connais pas, pour que tu puisses goûter! » me dit-elle avec enthousiasme.

Nous voilà donc attablées dans une petite échoppe on ne peut plus locale.

J’analyse le menu. J’élimine ceux que je connais ainsi que ceux qui sont vraiment trop spéciaux (la gelée de carapaces de tortues, c’est un peu trop pour moi…). Et me voilà avec devant moi deux bols fumants : un flan au lait et à la pâte de sésame noir et une soupe aux noix de Lotus, à l’oeuf et aux feuilles de tofu.

C’était bon. J’ai préféré le flan… j’adore le sésame noir! Comme il fait 15 degrés en ville, le fait que ce soit chaud était très agréable !

Sur la gauche, le flan… et la soupe à droite. Ainsi que le QR de LeaveHomeSafe derrière !

22 décembre – Hot pot

Ce qu’on appelle fondue chinoise en Suisse se nomme ici : hot pot (marmite chaude).

Dans du bouillon, plus ou moins épicé selon les goûts, vous laisserez cuire tout un tas d’ingrédients… De la viande, aux boulettes de poissons, en passant par les crevettes, la peau de tofu, du chou, des champignons, des raviolis, des morceaux de soja frais… et des nouilles types nouilles aux oeufs ou udon!

Ici un caquelon super élaboré avec de la place pour deux bouillons assaisonnés différemment !

Ensuite avec vos baguettes, vous récupérez vos morceaux (ce n’est pas toujours facile…) et vous tremperez vos ingrédients dans de la sauce soja, de la sauce au poisson ou du vinaigre ! Pas de mayonnaise ici, ni de chips ! C’est super bon ! Et très convivial !

Le concept est bien chinois et a été inventé en 200 après Jésus Christ.

Si ce plat est très populaire dans toute l’Asie, pour une raison que j’ignore, la fondue chinoise est un plat très traditionnel en Suisse… et c’est d’ailleurs le repas de Noël par excellence ! J’ai donc été particulièrement contente de manger mon petit hot pot hier, si proche des fêtes… cela m’a rappelé la maison !

Merci Kelly et Jordan pour l’invitation !

10 novembre – La gloire du matin

Il y a un légume asiatique qui porte le doux nom de Morning glory. Cette jolie plante, semi-aquatique, pousse dans les marais et les rizières et quand elle fleurit est agrémentée d’une fleur rose violette en forme de corolle.

En Asie du Sud, tout se mange dans la Morning glory. De ses racines à ses tiges, elle fait le bonheur des gourmets… et le mien ! On les frit, on les saute, on les met dans la soupe… et on peut même l’utiliser pour ses vertus médicinales ! Tout un programme !

Et pour les préparer à la mode cantonaise, voici la recette :

Une fois vos Morning Glory coupées en plusieurs morceaux (et évidemment lavées), faites les blanchir dans une cuillère à café d’huile et une de sel. Après 30 secondes, égouttez les.

En parallèle, faites chauffer dans un wok, de l’huile et de l’ail coupé en fins morceaux. Ajoutez alors de la pâte de tofu fermenté dans le wok suivi par les légumes.

Faites revenir le tout à feu vif pendant deux minutes en mélangeant bien.

Bon appétit !

Creative commons

31 octobre – Les animaux que l’on mange

Alors qu’en Europe, les emballages de viande sont anonymisés, dépossédés de leur apparence première, à Hong Kong, on sait toujours ce que l’on mange.

Au marché, la carcasse du cochon entier est suspendue aux crochets des étals, des poulets vivants s’agitent dans de grandes cages avant de passer sous la lame du boucher, les poissons frétillent encore dans les bacs. C’est frais… et c’est explicite.

Au supermarché, on ne cache pas non plus l’origine des morceaux qui sont emballés dans des barquettes en plastique et le marketing nous rappelle sans honte – et avec beaucoup de mignonnerie – que la côtelette, c’est un petit porcelet mignon, et que le filet de poulet provient d’un joli animal à plumes.

Il n’y a aucune hypocrisie concernant ce que mangent les carnivores.

30 octobre – C’est l’automne !

L’automne est là ! Le long des ruelles, de délicieuses odeurs de châtaignes grillées flottent dans l’air. Les vendeurs sont de retour !

Devant un immense wok noir, ils remuent des châtaignes posées sur du charbon. Mais ils vendent également de gros morceaux de taro et de patates douces et des oeufs de caille. Le tout est délicieux et fumé !

Malheureusement, si ces petits stands sont emblématiques à la street-food hongkongaise, ils tendent à disparaître. La loi est stricte et il est difficile d’obtenir des licences et le travail de saisonnier n’est pas facile ! On en profite donc un maximum !

En Suisse aussi, les vendeurs de marrons chauds apparaissent avec l’hiver qui approche. Cela me donne envie de grosses doudounes, de films de Noël et de repas avec nos proches !