11 août – La magie du pins Together let’s fight the virus

Jeudi. 18h30. Nous sortons de l’avion. Alors que nous suivons les lignes et directives prévues pour les voyageurs, je sors les divers documents : le classeur avec les 4 formulaires, ma carte d’identité hongkongaise… et mon téléphone sur lequel l’application Leave Home Safe est deja installée.

Or, pendant le vol… alors que je chargeais le précieux appareil, celui-ci s’est éteint, puis rallumé. Et en dormant, j’ai dû appuyer sur les touches du clavier. Résultat : ma SIM card suisse est bloquée, paralysant mon téléphone entier… pour m’en sortir, je dois trouver mon PUK mais sans connexion, c’est impossible.

Bref, je panique un peu. Sans téléphone, je ne sais pas ce qu’il se passera. J’ai besoin de l’app de traçage pour sortir de là. Je cherche à enlever la carte SIM suisse pour que la carte hongkongaise prenne le relai, mais je n’ai rien sur moi : ni boucles d’oreilles, ni imperdable, ni aiguille. Tout est en soute.

Soudain, au passage d’un checkpoint, une femme me vient en aide. Elle est assise, porte un masque et une visière en plastique. Et elle arbore sur la poitrine un pin’s sur lequel est écrit : Together let’s fight the virus. Elle me le tend. Grâce à sa pointe acérée, je sorte la carte récalcitrante.

Aujourd’hui, ce pins aura véritablement participé à la lutte du virus!

07 août – Bagages

Il a fallu recommencer ma valise. Cette fois-ci, ce devrait être la bonne. J’ai donc empaqueté les robes, les t-shirts, les shorts et les chaussettes. A nouveau, je me suis rendu compte que la moitié des vêtements emportés n’avaient finalement pas servi… en me disant qu’au final, on pouvait tout à fait vivre dans 3 t-shirts et deux robes portefeuilles. Que ça suffisait largement.

Entre les tissus et les culottes, j’ai calé le tube de cenovis (il faut ce qu’il faut), les tisanes aux herbes des Alpes et les pots de confiture de ma maman (les meilleurs au monde!). J’ai ensuite préparé consciencieusement la pile de vêtements pour le voyage. Et… après avoir tout calé… sauté sur le capot et attaché les élastiques, j’ai tiré sur la fermeture en laissant un bout de mon cœur au dehors, comme à chaque fois. Il restera là, avec tous ceux que j’aime.

06 août – Toutes les meilleures choses ont une fin

Notre séjour suisse touche bientôt à sa fin et nous en aurons savouré chaque moment.

Il ne nous reste plus qu’à faire les valises… dire au revoir à ceux qu’on aime et profiter encore un peu des derniers petits plaisirs helvétiques.

Sur ce, je vous laisse pour aller manger une tartine de cenovis (avec évidemment du beurre, sur une tranche de tresse).

22 juillet – Délai inattendu

Ce matin, j’aurais dû vous écrire après notre première nuit en quarantaine. Nous aurions dû arriver à Hong Kong hier… et en ce moment précis, j’aurais dû batailler avec un jetlag retentissant. Mais les choses ne se sont pas passées comme prévu. En effet, Nicolas a testé positif au Covid samedi dernier et le fameux petit virus a contrecarré nos plans de retour.

Dans l’urgence… et alors que Nicolas grelottait sous deux duvets… il a fallu lancer l’opération « annulation ». Sans test PCR négatif, impossible d’embarquer, Hong Kong étant toujours en politique zéro Covid. Nous avons donc annulé le vol de retour et l’hôtel de quarantaine.

Désormais, les grandes réflexions arrivent : quand réserver un vol de retour sans savoir combien de temps il testera positif et sans savoir si je vais tomber malade à mon tour? Avec la difficulté supplémentaire des pénuries de chambres de quarantaine dûes aux voyages estivaux…

Bref, pour le moment, notre date de retour rime donc avec un immense point d’interrogation. Affaire à suivre…