08 août – Les au revoir

Je ne m’habituerai jamais aux au revoir. Je déteste ça. A chaque fois, mon coeur se craquelle. Je tente de coller ma langue au palais, comme mon papa me l’a appris mais rien ne fonctionne et je finis par pleurer comme une madeleine.

Et encore. J’ai de la chance. Je suis une privilégiée. J’ai choisi de vivre à Hong Kong.

Je pense donc tout spécialement ce soir aux exilés, aux réfugiés… qui sont loin de leurs êtres chers sans aucune perspective de retrouvailles… et sans savoir s’ils seront encore là à leur retour. Ce sont des héros du quotidien.

18 juillet – Voilà, c’est fini!

« Voilàààà, c’est fini… » aurait chanté Jean-Louis Aubert! Eh oui, après notre parenthèse helvétique, nous revoilà à Hong Kong. Avec la quarantaine, la paperasse et le manque de perspectives quant à un éventuel retour, on doit admettre que le cœur n’y est pas vraiment.

Mais pour se consoler on repense aux merveilleuses vacances que l’on a passées. Alors MERCI la famille, du fond du cœur… MERCI les filleuls, les amis, les proches pour les magnifiques moments.

Lire la suite

13 mai – Loin des yeux, bien au chaud dans mon coeur

Il est 18h. Je reçois un appel via Skype de ma filleule adorée, son frère et ses parents. Aujourd’hui est un jour férié en Suisse et j’ai donc le bonheur de partager un petit moment de leur matinée avec eux, par écran interposé !

Les contacts sur Skype sont réguliers mais parfois laborieux. Ma filleule avait quelques mois quand nous nous sommes expatriés. Si aujourd’hui elle a 3 ans et son frère 5… ils n’ont pas l’habitude des longs échanges téléphoniques… et ils s’ennuient rapidement. (Et j’en suis rassurée, ils ne sont pas des fanas des écrans et c’est tant mieux!)

Lire la suite

Swiss Covid 2

Je vous laissais dernièrement avec le récit de mes premières impressions en Suisse. Dans l’intervalle, il s’en est passé des choses… et voici donc le récit de mes aventures helvétiques sous Covid.

Le mercredi matin, je me réveille avec la sensation d’avoir du papier de verre dans la gorge, ainsi qu’un rhume terrible. Bien que je n’aie pris aucun risque, je stresse un peu… je suis allée à la Coop où plusieurs vendeurs avaient le masque sous le nez. Je suis allée me balader au bord du lac, où j’étais la seule à porter mon fameux rectangle de papier. J’ai forcément croisé des gens. C’est impossible de faire autrement. Je m’imagine donc déjà atteinte du Covid et cela me panique : le lendemain, je suis sensée passer l’après-midi avec mes grands-parents. Lire la suite