28 septembre – Synchronicité

Un ami nous explique qu’il a appelé son chat Wawa, pour pallier à ses éléments faibles dans la médecine chinoise.

Le principe étant relativement complexe, je vous le résume très grosso modo. Je ne saurais faire autrement.

Le corps et l’univers sont composés de cinq éléments (eau, feu, bois, terre et métal). Chacun de ces éléments possède des propriétés caractéristiques. D’après Passeport Santé: « Les excès ou les carences d’un élément quelconque affecteront d’abord l’organe et les constituants de la sphère à laquelle il est associé, avant de se répercuter sur d’autres sphères ou d’autres Organes. Par exemple, dans la sphère du Bois, trop de Vent ou de Saveur acide affectera les muscles; trop de colère empêchera le Foie de remplir correctement ses fonctions. Dans la sphère de l’Eau, un hiver anormalement doux, où il manque de Froid et où les pluies abondent, entraînera des douleurs dans les os, les Reins et les genoux… »

J’explique donc à notre ami que mon médecin chinois m’avait dit que je manquais de feu. Là il me dit : si tu as un animal domestique, il faut donc l’appeler Fire.

J’écarquille les yeux. C’est déjà le nom de notre hamster !

21 septembre – Pelote de laine

Mon ami Anson me raconte ses péripéties amoureuses et je l’écoute avec une fascination curieuse. Ce soir, alors que nous buvons un café, il me dit avoir rencontré une fille. Qu’il l’aime beaucoup et voudrait sortir avec elle. « Du coup, je lui tricote un chandail… », me dit-il.

J’ouvre grand les yeux. Un chandail? « Eh bien oui, continue-t-il… si je veux lui demander de sortir avec moi, il faut que je lui offre un cadeau. C’est obligatoire ici. Du coup, je lui en fabrique un moi-même. C’est plus personnel. »

Même si je trouve étrange de devoir offrir d’office un cadeau à quelqu’un pour débuter une relation, je trouve le geste absolument adorable.

Mais, je me demande malgré tout ce que l’heureuse élue va faire d’un chandail en laine à Hong Kong en septembre alors qu’il fait 35 degrés dehors.

13 septembre – Sous la lune

Nous sommes assis dans un parc près de Sai Wan Ho. Vers vingt et une heure, la foule se densifie. Tous les Hongkongais se pressent sur l’herbe, suspendant des lanternes aux arbres au dessus d’eux et mangeant des mooncakes en riant. L’ambiance est conviviale.

Certains ados sont allongés sur l’herbe et gloussent en regardant leur téléphone. Les jeunes enfants courent dans tous les sens, surexcités, agitant des bâtonnets lumineux au dessus de leur tête. Des amoureux se prennent en photo entourés de loupiottes scintillantes. Hong Kong devient magique.

Le festival de la mi-automne est ma fête préférée, à Hong Kong !

19 avril – Fériés d’ici et d’ailleurs

Ce weekend, nous avons eu congé pour le week-end pascal.

Eh oui… nous avons certains congés qui sont les mêmes qu’en Europe, comme le jour de l’an, le vendredi saint et le lundi de Pâques, le jour de Noël ainsi que les deux jours suivants Noël (le 26 et le 27)…

Ces jours fériés sont propres à Hong Kong, la Chine ne les célébrant pas.

Mais il y a aussi des jours fériés typiquement de la région : le congé du nouvel an lunaire (3 jours en janvier ou février – la date change selon les années puisque le calendrier lunaire n’est pas fixe), le Ching Ming Festival, en avril… La fameuse fête du travail, le 1er mai, l’anniversaire de Bouddha, les 8 et 9 mai, le Tuen Ng Festival en juin, le HKSAR Establishment Day (date de restitution de Hong Kong à la Chine par la Grande Bretagne), le 1er juillet, le congé de la mi-automne, début septembre… la fête nationale chinoise, le 1er octobre, suivie par le Chung Yeung Festival !

Au total, 17 jours de congé qui sont les bienvenus – et ce d’autant plus puisque le travailleur moyen n’a que 12 jours de vacances payées par an… soit 8 de moins qu’en Suisse.

En Suisse, pour la comparaison, nous avons 9 jours fériés par an, sur le Canton de Vaud… eh oui, les jours fériés varient d’une région à l’autre en Suisse (si le canton est catholique, protestant ou si des fêtes locales ont lieu).

Ce weekend, Hong Kong était donc en pause. Les gens sont partis à l’assaut des montagnes, des balades et des randonnées… et nous avec !

Et les libellules aussi étaient à la fête ce weekend !

12 avril – L’heure du thé, c’est maintenant…

Il n’y a pas d’heure pour yam cha (ou manger des dim sum). Tout moment est idéal : pour commencer la journée avant une randonnée, pour un brunch (tardif ou non), à midi, à 15h ou pour le goûter… et moins courant mais possible aussi, le soir (enfin, quand les restos sont ouverts).

Chaque restaurant de dim sum a ses spécialités et ses particularités mais le fonctionnement reste le même : le menu est souvent affiché sur le set… vous recevez un petit papier et vous cochez vous-même les dim sum qui vous font saliver !

Personnellement, les Dim sum c’est mon péché mignon ! J’adore ! Des xiao long bao, au char siu bao en passant par le lo bak go, les choy sum, les djong ou les haa gao… le choix est un casse-tête !

Pendant le repas, les serveurs viendront remplir les tasses de thé à volonté, histoire de rajouter à mon plaisir !