20 mai – Petites différences

En Suisse, les gens ne marchent pas en regardant leurs téléphones. A Hong Kong, ils zigzaguent les yeux collés sur leurs écrans.

A Hong Kong, les gens se collent sur le côté dans les escalators, laissant les gens pressés passer sur leur gauche. En Suisse, les gens montent deux à deux les escaliers créant des embouteillages monstres.

En Suisse, la nuit tombe très tard. A Hong Kong, à 18h il fait déjà nuit.

A Hong Kong, il y a des bruits aux feux rouges permettant de savoir quand passer même sans regarder. En Suisse, le passage aux feux est silencieux… et je m’interroge : comment font les aveugles ?

En Suisse, les supermarchés comprennent 100 sortes de yogourts différents. A Hong Kong, le rayon des nouilles comprend 100 sortes différentes.

En Suisse, les gens mangent partout. Dans le train, sur les quais, dans le parc, au resto, sur les bancs… à Hong Kong, les gens mangent tout le temps… mais toujours au resto.

En Suisse, les gens te fixent beaucoup. Même quand ils ne te connaissent pas. Et je passe ma journée à flipper en imaginant que j’ai de la salade sur les dents ou un truc de bizarre sur le t-shirt. À Hong Kong, les gens ne te regardent pas. Même si tu te balades déguisé en super-héros en plein après-midi.

12 mai – Suissitude

Me voilà de retour en Suisse pour un séjour riche en émotions : famille, amis… boulot quand même… et surtout, pleins de dédicaces pour mes deux romans !

Si vous êtes donc en Suisse, n’hésitez donc pas à passer me dire coucou aux dates suivantes :

J’aurai très certainement les yeux collés de pollen, mais ça me fera très plaisir de vous voir ! ❤

29 avril – A la poursuite du dragon

Hier, j’ai eu le plaisir de voir arriver en librairies mon deuxième roman : A la poursuite du dragon, aux éditions Oskar.

Lorsque je séjournais au Japon, chez ma sœur, en 2019… j’ai découvert l’île d’Enoshima, un petit rocher recouvert de temples et de sanctuaires, à quelques kilomètres de la superbe Kamakura. Mon imagination s’est mise évidemment en branle.

Puis, en 2020 alors que j’étais chez mes filleuls en Suisse, ceux ci m’ont demandé : Karine, tu peux nous inventer une histoire qui se passe au Japon ?

Je repartais à Hong Kong mais je n’ai pas oublié. Et ainsi entre 2020 et 2021, chaque mois, j’écrivais et j’envoyais un chapitre par la Poste. Ils étaient évidemment les héros de mon histoire… et attendaient la suite avec impatience. Au printemps 2021, j’ai mis le point final à ce récit en me disant : Oh, je devrais essayer de le faire publier. Juste pour voir.

Neuf jours après, j’avais la réponse d’un de mes éditeurs préférés.

Depuis hier, il est en librairie ! Alors merci mes chers filleuls, sans vous, cette histoire n’aurait jamais vu le jour !

Le résumé :

A Tokyo, au Japon, Eli vit une petite vie tranquille, où il travaille en tant qu’apprenti-cuisinier dans un izakaya. Mais le jour où un grand maître des arts martiaux vient manger dans son restaurant, son existence bascule. Il débute alors une formation dans un Dojo, afin de devenir un spécialiste des arts martiaux.
Mais, tandis que l’année se termine, Néa, l’élève la plus douée de l’école, disparaît subitement.

Quel mystère entoure son départ… et quel est le lien avec le dragon d’Enoshima ? Pour le savoir, Eli et ses amis n’hésiteront pas à partir au secours de la jeune fille.

A la poursuite du dragon, Oskar editeur, dès 8-9 ans

26 avril – Oublier Gabriel chez Parenthèses

Samedi, pour la journée mondiale du livre, je me suis réveillée en liesse : après plusieurs semaines de voyage (et des escales assez rocambolesques), mon roman Oublier Gabriel était arrivé à la librairie Parenthèse !

Je me suis donc précipitée à Central. Voir mon roman sur les étagères d’une vraie librairie (et de ma préférée par-dessus le marché!), c’était bien émouvant.

Si vous habitez Hong Kong et que vous aimez la lecture, n’hésitez pas à y faire un petit tour.

Mon roman, royalement accompagné de Joël Dicker, Leïla Slimani et Enki Bilal. C’est pas la classe ?