A propos Karine

Fraîchement expatriée à Hong-Kong, c'est avec une curiosité grandissante que je parcours ma nouvelle ville. Toujours prête à dénicher les endroits secrets, les bons plans, les anecdotes croustillantes, j'anime mon blog personnel où je raconte mon quotidien, mes découvertes, mes surprises et mes aventures à Hong-Kong : https://hotfonduepot.com/! Pour me suivre en image, ça se passe sur Instagram, sur @hot.fondue.pot!

21 septembre – C’est le festival de la mi-automne

Dans les rues, les enfants portent des jolies lanternes… Les entreprises ferment à 16h… Les magasins sont pleins, tout le monde va acheter ses mooncakes et à midi, lorsque j’ai traversé le marché, celui-ci grouillait. Vite, vite, il fallait s’acheter un lampion avant le soir. Et – comme à Pâques chez nous – le lapin est à l’honneur. Il décore vitrines, ruelles… c’est le roi de la fête.

La légende de ce lapin est tout de même un peu étrange :

Il était une fois un renard, un lapin et un singe qui vivaient tranquillement dans une forêt. Un beau jour, alors que trois immortels, se faisant passer pour de vieux mendiants, la traversèrent, ils s’arrêtèrent vers les animaux pour leur demander de la nourriture. Le renard et le singe leur proposèrent rapidement de la nourriture… mais le lapin, qui n’avait rien mais était très pieux et généreux, se sentit coupable. Il dit alors aux trois hommes : « Je suis vraiment désolé. Je ne peux pas vous offrir de nourriture pour vous aider, mais je peux me donner à la place. » A ces mots, la jolie petite bête sauta dans le feu.

Émus par le sacrifice du lapin, les trois immortels décidèrent alors de le transformer lui aussi en immortel, l’envoyant vivre dans le Palace Lunaire, avec la déesse Chang E (qui elle-même avait fini dans la lune suite à une tragique histoire...). Et si vous regardez attentivement la lune, vous verrez une forme de lapin se dessiner!

Depuis, le lapin est l’une des décorations du festival de la mi-automne!

20 septembre – Le fumet du tofu fermenté

Lorsqu’on se balade près de Yau Mai Tei, une odeur désagréable viendra certainement chatouiller vos papilles… Problème de canalisations ? Egouts à ciel ouvert ?

Non… c’est simplement le stinky tofu, une spécialisé à base de tofu fermenté qui a une odeur plutôt discutable.

En cantonais, on l’appelle Cau3 dou6 fu6. Ce sont des cubes de tofu, plutôt fermes, qu’on mange sur les stands de vente à l’extérieur. On le mange généralement frit, piqué sur un bâtonnet avec une petite sauce piquante…  et c’est vraiment un met prisé lors des festivals, par exemple.

J’ai goûté – et si personnellement l’odeur reste un challenge – ce n’est pas mauvais.

J’imagine que les touristes en visite en Suisse peuvent avoir la même réaction que moi face au stinky tofu – en sentant de la fondue. Un plat désagréable pour le nez mais finalement, délicieux.

17 septembre – Le chant du gecko

Il est vendredi soir. Nous sommes affalés sur le canapé quand Nicolas et moi entendons un bruit étrange et indéfinissable.

Nous tendons l’oreille, allons inspecter l’appartement… et nous découvrons alors son origine ! C’est Pistache, le gecko qui nous chante la sérénade.

Comme Pistache mange tous les insectes environnants, il peut chanter autant qu’il le souhaite !

Et pour savoir quel bruit fait un gecko, cliquez tout simplement ici.

15 septembre – Un air de Noël

Un air de Noël plane sur la ville. Les ruelles et les magasins se parent de lanternes rouges, de lapins dorés et de lumignons pour le Festival de la Mi-Automne qui approche à grands pas. Les vitrines se remplissent des mooncakes. Les parcs sont décorés. Les gens semblent fébriles et font leurs courses avant le jour J. On attend avec impatience le jour férié de la semaine prochaine et le programme des festivités.

Bref… hier, en rentrant à la maison, j’avais le sentiment que Noël approchait, malgré les 30° extérieurs… et j’ai eu presque envie de boire un thé à la cannelle en regardant pour la 47ème le film The Holiday, planquée sous la couette.

14 septembre – Fire !

Mon amie Anne quitte Hong Kong. Si la nouvelle me rend triste, elle m’a confié son hamster nain, Fire… qui n’a malheureusement pas le droit de prendre l’avion ! Aurait-il le Covid ? Non… il est seulement beaucoup trop petit.

Résultat des courses : nous accueillons donc un petit hamster à la maison, pour ma plus grande joie, je dois bien l’admettre !

Et j’avoue qu’il est absolument craquant !