A propos Karine

Fraîchement expatriée à Hong-Kong, c'est avec une curiosité grandissante que je parcours ma nouvelle ville. Toujours prête à dénicher les endroits secrets, les bons plans, les anecdotes croustillantes, j'anime mon blog personnel où je raconte mon quotidien, mes découvertes, mes surprises et mes aventures à Hong-Kong : https://hotfonduepot.com/! Pour me suivre en image, ça se passe sur Instagram, sur @hot.fondue.pot!

12 octobre – Kompasu

Doria Tillier est en moi puisque voilà un autre bulletin météo. Ce matin, nous sommes en alerte T3. Le typhon Kompasu est en approche.

Quand je parle de typhons, je présume que ceux n’y étant pas habitué imaginent que ceux-ci nous passent directement sur la tête, comme les ouragans dans les films catastrophes américains. En réalité, même un typhon situé à quelques centaines de kilomètres peut faire de gros dégâts.

L’oeil du typhon Lionrock, notre typhon de ce weekend est passé à 800 kilomètres de la ville… et celui-ci se situera à environ 400 kilomètres au sud de Hong Kong. Paris est à 400km de Genève pour vous donner une idée. Mangkhut, quant à lui, qui m’avait fait trembler à peine dix jours après notre arrivée… nous était passé directement dessus. C’était un typhon 10, le plus fort de toute l’histoire de Hong Kong… et mon premier !

Là en ce moment, la météo est calme… et j’ai du mal à imaginer qu’un gros typhon arrive et que notre aération va se remettre à siffler comme une folle.

On attend donc… et j’irai probablement faire quelques courses puisque d’ici quelques heures, il ne sera plus possible de sortir !

11 octobre – Timing quarantaine

Ce weekend, un avion parti de Londres n’a pas pu atterrir à Hong Kong à cause du typhon. Cela fait la une du journal anglophone de Hong Kong ce matin.

Pour éviter les vents forts, le pilote est allé se poser où il pouvait : soit à Manille, aux Philippines.

En temps normal, ça n’aurait pas été problématique… mais une fois l’avion posé sur le tarmac, on a alors annoncé aux passagers qu’en raison des restrictions liées au Covid, ils ne pouvaient pas débarquer. Les passagers ont donc vu leur séjour aérien passer de 12 à 36 heures… et ont patienté une journée complète dans l’avion à l’arrêt.

Pendant ce temps, le personnel aérien a triplé ses horaires de travail. Ils se sont chargés des passagers mais ont aussi appelé les hôtels de quarantaine des passagers, à Hong Kong pour qu’ils puissent rester deux jours supplémentaires afin que la durée de quarantaine soit réglementaire. Puis, une fois le typhon passé et l’avion arrivé à bon port, les passagers ont pu se dégourdir les jambes quelques heures en passant dans le SAS des tests à l’aéroport avant d’entamer leurs 21 jours de quarantaine obligatoires.

Les voyages en temps de Covid prennent parfois vraiment des airs d’épopées arthuriennes.

09 octobre – Un réveil en T8

Ce matin, nous sommes en T8. L’aération de ma salle de bain est comme folle et émet des bruits étranges, comme un vieux serpent qui souffle. Et mon application Hong Kong Observatory clignote de toutes parts. La tempête tropicale Lionrock et le typhon Kompasu nous rendent une petite visite.

Le système hongkongais de prévention des typhons est simple. On commence avec un T1 et un T3, où il faut être attentif mais où on a le droit de sortir. Puis, on passe sur le T8… qui peut ensuite se transformer en T9 ou T10 en cas de typhons très sévères. Là, tout est fermé… à l’exception du bar Typhoon dont c’est la marque de fabrique… et personne ne doit aller au travail.

Le signal 8 signifie que le vent varie de 63 à 87 kilomètres à l’heure et que la tempête elle-même ira de 88 à 117 kilomètres à l’heure.  Les rafales peuvent dépasser 180 kilomètres par heure.

Lorsqu’un de ces signaux est émis, les ferries s’arrêtent généralement de circuler et toutes les écoles et les tribunaux sont fermés.  Les personnes loin de chez elles doivent soit rentrer immédiatement, soit trouver un endroit sûr et y rester jusqu’à ce que le danger soit passé.  Les fenêtres et les portes doivent être verrouillées et fermées et les voitures doivent être garées dans des zones abritées. Ensuite, si par hasard quelqu’un avait l’idée de se balader et qu’il recevait une clim sur la tête à la suite d’une bourrasque de vent, l’assurance ne prendrait pas en charge ses frais d’hospitalisation. Il est donc nécessaire de ne pas faire le malin.

Pour le moment, il pleut, il vente un peu mais cela reste « tranquille… ». A suivre d’ici quelques heures.

08 octobre – Tempête tropicale et typhons

Ce matin, nous nous réveillons sous une pluie battante. Notre application météo clignote de toutes part. Nous sommes en alerte « Amber rain » et en typhon 3. Mais il n’y a pas encore de quoi s’inquiéter puisqu’il faudrait une pluie noire et un typhon 8 pour nous coincer à la maison. Là, il faudra quand même aller au travail.

Devant la fenêtre, la pluie tombe en rouleaux. On voit les salves d’eau qui déferlent sur la ville. « La température va chuter à 27 degrés! », me dit l’application… ce qui me fait plutôt sourire. Un mois d’octobre à 27 degrés, même après 3 ans à Hong Kong, me semble toujours quelque chose d’étrange !

Les jours à venir seront également bien pluvieux… et la mer agitée. Nous avions prévu d’aller visiter une île au fin fond des Nouveaux Territoires. Il faudra revoir nos plans.

Heureusement, hier, je suis passée à la librairie Parenthèse et j’ai donc de quoi bouquiner en regardant tomber la pluie !