04 avril – Sheung Shui

Hier, après quelques jours de mauvais temps, nous profitons du retour du soleil pour faire ce que je préfère à Hong Kong : une exploration de quartier. En gros, nous choisissons un endroit sur la carte que nous ne connaissons pas… et nous allons l’explorer de fond en comble.

Parfois, c’est une réussite. Parfois, il y a peu à voir mais je dois admettre qu’en étant curieux et ouvert, il y a toujours de quoi s’étonner !

Hier, nous prenons donc le bus jusqu’à la ville la plus proche de Shenzen : Sheung Shui… ce qui signifie en chinois, au-dessus de l’eau !

La ville est charmante, super calme… et constituée d’un centre-ville piéton aux nombreux commerces. Nous nous y baladons, y mangeons un morceau… puis nous partons un peu plus loin et nous découvrons un village muré : celui des Liu ! Au loin, nous apercevons les immeubles démesurés de la mégalopole chinoise! Et à côté de la ville, une végétation luxuriante pousse : arbres, fleurs, bananiers… servant de nichoirs aux nombreux oiseaux.

C’est magnifique !

Ce n’est pas grand mais ça mérite un coup d’oeil !

01 avril – Réveil difficile

Ce matin, je me réveille transie de froid. La vitre de notre chambre a condensé et est recouverte d’une buée désagréable.

Je lance mon application du Hong Kong Observatory qui me dit que sous l’influence d’une mousson venant de Canton, les températures ont chuté drastiquement. Warning ! Very cold weather ! L’humidité est à 91%… En résumé (et vulgairement), on se les gèle !

Je sors péniblement de mon lit, emportant la couette avec moi et je sursaute. Devant la baie vitrée, un crachin peu esthétique tombe. Il neige ! Et mes réseaux sociaux sont formels. La ville est sens dessus dessous.

Accidents de bus. Personnes ayant glissé sur la chaussée. Chariots encastrés dans des vitrines. Randonneurs coincés en montagne… et le clou du spectacle, le Star Ferry peinant à avancer sur la baie.

Photo@surrealhk

Comme quoi le proverbe : En avril ne te découvre pas d’un fil est également arrivé à Hong Kong !

24 mars – Notre coucou hongkongais

Tous les matins, au réveil, nous entendons le chant majestueux du Asian koel, un bel oiseau dont la voix me téléporte immédiatement en vacances.

Pour moi, les coucous dans les arbres, ce sont les matins de camping en France avec mes parents… la quête des croissants à vélo avec mon papa… les petits-déjeuners sous la pinède!

Bref, chaque matin j’écoute avec un plaisir sincère ce bel oiseau nous faire son aubade !

L’asian koel est un coucou asiatique qui peut mesurer jusqu’à 50 cm de long, au plumage noir pour les mâles et brun tacheté pour les femelles. Et à la particularité d’avoir un œil rouge flashy ! Ils vivent dans toute l’Asie, de l’Inde à Singapour, en passant par Dubaï et notre belle Hong Kong !

Et parce qu’une image vous sera plus représentative, voici à quoi il ressemble et son joli chant !

18 février – Se faire des amis – notre premier grand copain

Avant hier lorsque j’avouais au monde ma panne sèche, quelqu’un me demandait s’il était facile de se faire des amis à Hong Kong. Je vais donc parler de ma propre expérience en sachant que cela doit forcément être un peu différent pour chacun. Et je commencerai par le récit de nos six premiers mois ici… car nous faire des amis s’est définitivement fait par étapes.

En arrivant à Hong Kong en septembre 2018, nous ne connaissions personne. Il fallait donc tout construire de A à Z. J’ai donc profité de la magie des temps modernes: les réseaux sociaux et je me suis inscrite sur pleins de groupes.

Dans les premiers temps, j’ai donc été boire des cafés avec pleins d’inconnus solitaires comme moi (moi qui n’ai jamais dragué sur Tinder, cela m’a donné un petit aperçu de la chose 😂).

J’ai rencontré des gens adorables, d’autres à qui je n’avais rien à dire, d’autres très sympas mais sans plus ou d’autres géniaux mais qui n’ont pas dû avoir le même sentiment réciproque… et petit à petit, on s’est fait un réseau. On a fini ivres morts dans un bar de Wanchai avec des Écossais, on a dansé avec des Américains, on a passé une soirée à devoir justifier nos blagues à une Anglaise, on a mangé avec des Milanais et on a été à une soirée associative de Français… mais sans nous faire de vrais amis. Et – à mon grand désespoir – sans réussir à se faire des amis hongkongais !

Puis, un soir, alors qu’on allait boire un verre dans un groupe de nouveaux arrivants, nous avons rencontré Ian. La soirée était ennuyeuse à mourir. Au milieu de la soirée, Ian s’est donc tourné vers nous et nous a proposé d’aller manger du durian à Sham Shui Po! C’était le début d’une grande amitié (et d’une expérience culinaire assez spéciale)! Et Ian, un canadien-hongkongais, devint notre premier ami!!!

La suite lundi

20 janvier – Un quartier humide et puant…

Hier, une copine de notre cours d’impro nous a fait connaître le site Hoodmaps, une carte plutôt rigolote qui référence les quartiers des (grandes) villes du monde selon leurs habitants.

Le quartier est il peuplé de gens en costumes, de riches, de hipsters, de touristes (hors covid je présume), d’étudiants ou de gens normaux?

Puis, elle donne alors des petits surnoms aux quartiers qui sont plutôt rigolos et sans concessions.

Le quartier des piers s’appelle par exemple : le coin des expats ivres sortant de jonques. Sheung Wan s’appelle : Les Français sont partout… tandis que Tsim Sha Tsui s’appelle Copy watches.

Nous, nous habitons dans un quartier au surnom plutôt charmant : humide et puant ! Ce qui en soi est assez vrai avec le marché à proximité ! Ca a eu le mérite de me faire bien rire !