22 février – Le plaisir d’aérer

Entre décembre et février, chaque matin, j’en profite pour ouvrir grand les fenêtres de notre appartement et laisser circuler l’air. C’est si agréable. On a l’impression que tout l’appartement sent le frais.

J’en profite… puisque bientôt, on ne pourra plus le faire. L’humidité montera progressivement. Entre mars et avril, elle devrait atteindre 85%. Puis, en été… cela montera encore pour parfois nous assommer avec des taux à 90-95%. Ambiance hammam garantie… Il deviendra alors essentiel d’utiliser la clim et/ou le déshumidificateur pour éviter que tout ne moisisse (comme ma jolie boîte en rafia que j’avais ramenée du Sénégal, ou comme mes boucles d’oreilles en bois, qui sont toutes devenues vertes l’été dernier).

Lorsque j’étais en Suisse, je ne me rendais pas compte du bonheur quotidien de pouvoir aérer sa maison.

Sous la pluie

En passant

Quand il pleut en Suisse, il fait froid.

Hier, regardant par la fenêtre, j’étais saisie de frissons psychologiques : le ciel était noir… la pluie tombait comme si on avait ouvert un robinet quelque part… des éclairs zébraient le ciel! Un vrai temps de chien, comme on dit. Devant sortir, j’enfile un pull, une écharpe, des chaussettes, une veste, prends mon parapluie… la pluie, ça glace. Puis, j’arrive dehors. L’humidité étant à son comble, il ne faisait pas froid du tout. Je me suis mise à suer à grosses gouttes comme si je me baladais dans un hammam. J’ai dû m’arrêter quelque part pour enlever la veste, l’écharpe… et je me suis baladée en pull, les manches remontées, tout l’après-midi.

Il va falloir que je réhabitue mes réflexes de petite Suisse !