01 septembre – Anguilles

Un nouveau restaurant a ouvert en bas de chez moi. L’endroit ne paie pas de mine mais ne désemplit pas. Des néons criards, des tables en formica jaune, les baguettes posées dans un verre et des canards, des estomacs et des choses étranges suspendues devant les vitrines.

Ce matin, alors que je me glisse – un peu pressée – sur le trottoir, un camion s’arrête. Des caisses en sagex passent de mains en mains. Un couvercle tombe. Et là des dizaines de longues anguilles brillantes apparaissent. Elles se tortillent dans le bac, luisantes et apeurées. Je m’arrête. Me penche au dessus du récipient pour les observer… L’une d’entre elle me fixe. Le livreur éclate de rire en voyant ma curiosité.

Alors que jusque là j’aimais beaucoup les anguilles au riz… leurs petits yeux ne cessent de me hanter.

24 mars – Notre coucou hongkongais

Tous les matins, au réveil, nous entendons le chant majestueux du Asian koel, un bel oiseau dont la voix me téléporte immédiatement en vacances.

Pour moi, les coucous dans les arbres, ce sont les matins de camping en France avec mes parents… la quête des croissants à vélo avec mon papa… les petits-déjeuners sous la pinède!

Bref, chaque matin j’écoute avec un plaisir sincère ce bel oiseau nous faire son aubade !

L’asian koel est un coucou asiatique qui peut mesurer jusqu’à 50 cm de long, au plumage noir pour les mâles et brun tacheté pour les femelles. Et à la particularité d’avoir un œil rouge flashy ! Ils vivent dans toute l’Asie, de l’Inde à Singapour, en passant par Dubaï et notre belle Hong Kong !

Et parce qu’une image vous sera plus représentative, voici à quoi il ressemble et son joli chant !

21 mars – Le réservoir de l’ananas

Samedi, nous voilà repartis en randonnée ! Pour l’occasion, nous décidons de faire le tour du Pineapple Dam, situé au Nord de Tsuen Wan. Le chemin s’appelle Pineapple Dam Nature Trail !

La balade est longue (environ 12 kilomètres) mais elle a le mérite d’être presque tout à plat… et la vue est sublime ! On se croirait dans les paysages du jeu Zelda, ou sur une montagne suisse (à l’exception de la faune).

Et tout le long de la balade, nous croisons singes, perroquets, tortues, bœufs… et même une femme promenant son iguane!

L’espace d’une journée… me voilà donc dépaysée! Mais mille images valent mieux que mille mots, voilà donc quelques photos de cette rando qui rejoint mon top 10.

25 janvier – La dame aux chats

En m’approchant de la berge, je l’aperçois. Elle est petite, les cheveux courts et blancs cachés sous un chapeau… et des lunettes de soleil crochés sur son masque.

Elle a accroché un sac à la rambarde. Dedans se trouve tout son attirail : une corde avec un crochet, plusieurs bouteilles d’eau, quelques conserves de thon et des croquettes.

En contrebas, les rochers. Les chats sont à l’affût. Ils savent qu’elle est là.

Avec son crochet, elle récupère les écuelles posées deux mètres en dessous. Ce sont de petits bacs en plastique auxquels elle a croché une lanière. Elle s’arme de patience, remonte les récipients. Les remplit avant de les redescendre aux matous affamés.

– Vous faites ça souvent?, je lui demande.

Elle me fait un sourire et se met à parler avec joie. Oui, cinq jours par semaine. Elle s’occupe de « ses » chats.

Je regarde les animaux qui se lèchent les pattes devant la baie Victoria. Ils sont bien soignés !