23 juillet – Nettoyer, balayer, astiquer…

Creative Exchange / Unsplash

Lorsqu’on est enfermés dans une chambre d’hôtel sans pouvoir en sortir, il y a une thématique qu’on ne peut laisser de côté : le ménage et l’hygiène !

L’hôtel nous a fourni à notre arrivée : une éponge, une bouteille de savon pour la vaisselle… des sacs poubelles immenses… et un petit tube de lessive ! Voilà. De notre côté, nous avons acheté un grand pot de lingettes désinfectantes multi-surface et de quoi nettoyer le lavabo.

Chaque jour, nous nous chargeons de faire le lit, la vaisselle dans l’évier… de le rincer ensuite… de nettoyer la table qui nous sert pour les repas et pour travailler, etc. Comme les sacs poubelles sont immenses, nous lavons donc les plats avant de les y glisser, pour nous éviter de devoir jeter une poubelle par jour.

À côté, on fait aussi des lessives à la main — toujours dans l’évier — et on fait sécher nos affaires sur des cintres qu’on suspend où on peut. Si le résultat n’est pas hyper instragrammable, cela reste fonctionnel.

En revanche, pas d’aspirateur fourni, et dès lors, nous devons être très attentifs à ne pas faire de miettes, ne pas manger ailleurs que sur la table — ne pas céder à l’idée de grignoter de biscuits dans le lit… et surtout, surtout ne rien renverser. J’imaginais en effet avec horreur ce qui se passerait si je lâchais par accident un bol de pâtes au pesto, de sauce satay ou que sais-je sur la moquette qui compose la chambre. Là, nous serions bien ennuyés ! Et je me demande comment font les parents en quarantaine avec des enfants pour ne pas avoir les pieds qui crépitent au bout de quelques jours…

Un autre point, c’est l’aération. Nous ne pouvons pas ouvrir les fenêtres. Consigne gouvernementale. Elles ont été scellées… et nous vivrons donc dans le même air pendant deux semaines. Il y a quelques jours, quand on nous a servi un plat à base de curry (très bon d’ailleurs), nous avons alors passé la journée dans les fumets épicés. Mais… j’ai trouvé une astuce : j’ai une bouteille d’huile essentielle Lavande que m’a glissé ma maman dans les bagages (merci maman!!) et j’en diffuse quelques gouttes par-ci par-là pour me donner l’impression que ça va mieux. Je me demande par contre si — au bout de 14 jours — nous aurons un drôle de parfum qui fera verser le taximan qui nous ramènera à la maison, ou si, malgré tout, l’aération clim suffit pour brasser l’air…

Le mystère reste entier… mais si nous provoquons l’évanouissement du chauffeur, je ne manquerai pas de vous tenir au courant!

3 réflexions au sujet de « 23 juillet – Nettoyer, balayer, astiquer… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.