Randonnée #2 – Maclehose Trail, stage 2

Aujourd’hui, nous avons retrouvé notre copine F., afin de s’attaquer à un trek classé parmi les “20 Dream Trails” par le National Geographic, qui référence les plus beaux endroits où marcher à travers le monde!! Cette rando, appelée MacLehose Country Trail (ou alors en chinois 麥理浩徑) traverse les Nouveaux Territoires, situés au Nord de Hong-Kong! Elle porte le nom de Murray MacLehose, qui fut gouverneur à Hong-Kong pendant 11 ans et qui adorait la randonnée!  Les Nouveaux Territoires sont une grande région de Hong-Kong qui constitue 80% du territoire et remonte jusqu’à la Chine! Cette région comporte de nombreuses beautés bien cachées, souvent méconnues et délaissées au profit du centre ville!

Le trail que nous avons suivi fait plus de 100km de long. Il faudrait 5 ou 6 jours pour en venir à bout… De notre côté, nous n’en avons parcouru qu’une infime partie : approximativement une quinzaine kilomètres. Il se situe au cœur du Hong Kong UNESCO Global Geopark, qui comprend plusieurs zones géologiques importantes et très anciennes.

Pour nous y rendre, nous avons tout d’abord pris le métro jusqu’à Hang Hau, puis pris un petit bus jusqu’à la petite ville portuaire de Sai Kung, avant de prendre un taxi jusqu’au High Island Reservoir East Dam. C’est une manière spectaculaire de commencer ce trail puisque ce réservoir contient une eau d’un bleu profond et qu’il est entouré des colonnes géologiques vieilles de 140 millions d’années aux formes géométriques impressionnantes.  (Les réservoirs à Hong-Kong sont des lacs artificiels avec un barrage permettant d’accumuler de l’eau potable afin d’approvisionner le territoire!)

Nous commençons donc par nous balader le long de ce réservoir avant de nous attaquer à la deuxième étape du sentier MacLehose! La randonnée est composée de plusieurs étapes : tout d’abord une jolie montée dans la végétation, nous amenant à un point de vue magnifique sur la plage de Long Ke, sur laquelle quelques sportifs font du volley, d’autres personnes campent, font des grillades, profitent de la tranquillité des lieux. Nous marchons dans le sable avant de retourner parmi les arbres, où quelques vaches avec un pelage noir ou brun brillant paissent paisiblement.

Puis, nous amorçons la montée vers le Sai Wan Shan dont le point culminant est à 314 mètres. Bien que cela puisse sembler bas, nous partons vraiment du niveau de la mer et la montée est donc bien présente! A nouveau, je suis frappée par la végétation. Dans cette partie de Hong-Kong, elle est différente de celle du Lantau Peak que nous avons découverte 2 semaines auparavant. Il y a plus de bambous et au milieu de ceux-ci, au beau milieu de la montée, des vaches, éparpillées ça et là, mangeant des arbustes, se frottant contre les écorces! Le paysage est également plus impressionnant que celui que nous avions découvert depuis Lantau. Ici, il n’y a réellement plus aucune trace humaine, en dehors des quelques randonneurs que nous croisons : simplement de la végétation, des monts, et des plages qui valent bien toutes les cartes postales de Hawaï et tous les fonds d’écran féériques du monde ! C’est juste sublime!

Arrivés en haut, nous soufflons un peu avant d’amorcer la redescente vers la plage de Sai Wan. Sai Wan est appelée « the back garden of Hong-Kong« , soit l’arrière jardin de Hong-Kong. On comprend pourquoi entre ses plages d’un sable blanc éclatant, ses eaux turquoises, ses petits villages de fermiers… On passe d’ailleurs dans une mangrove avant d’atteindre la plage et on visite un touristic center, situé dans ce bout du monde, dans lequel je prends une carte WWF concernant la biodiversité marine de Hong-Kong. J’apprends que le coin dans lequel nous sommes est réputé pour abriter des amphioxus (ou céphalocordés pour les intimes), des octocoralliaires qui sont une sorte de corail, du corail noir et des aigles pêcheurs à poitrine blanche ! Un vrai paradis naturel!

C’est là que nous terminons notre marche, avec une petite bière en terrasse, sur la plage où nous discutons avec deux anglais très sympathiques.

Pour rentrer, nous décidons de prendre un bateau, qui part directement depuis la plage. Nous enlevons nos baskets et retroussons nos pantalons. L’eau est extrêmement bonne! Puis nous grimpons dans la petite embarcation où nous nous serrons. Le capitaine est habile, il surfe sur les vagues. On se croirait dans un manège. A chaque secousse tout le bateau hurle de joie, rit… et là, au milieu de l’océan, au milieu de ce parc naturel, de ces falaises dont la couleur ocre répond de manière hyper harmonieuse au turquoise de l’océan, j’ai le cœur qui s’envole tellement je me sens bien.

Partir de Suisse a été difficile. C’était une décision effrayante… il fallait oser plonger dans l’inconnu, quitter un job que j’adorais, quitter les gens que j’aime,tout laisser, mon appartement, mes affaires, mes habitudes, m’éloigner géographiquement. Là, sur ce bateau, je me suis rendue compte à quel point nous sommes chanceux d’embrasser cette aventure! J’ai toujours été une rêveuse et depuis l’enfance et l’adolescence, j’ai toujours eu trois souhaits qui ne m’ont jamais quittés : devenir écrivain, vivre une expérience exotique à l’étranger (merci Nicolas Vanier, Robert Louis Stevenson, Jules Verne, Marguerite Duras, et tous les autres auteurs qui m’ont donné la fièvre du voyage…), et vivre au bord de la mer! Sur ce bateau, mouillée par les embruns, le goût du sel de mer sur mes lèvres, j’ai alors senti pleinement que j’étais en train de les vivre! Que j’y étais… que mes 30 années de rêveries m’avaient amenées ici sur ce bateau, avec le bras de Nicolas sur mon épaule! Nous sommes chanceux et je me rends compte à quel point ce que nous vivons est quelque chose d’extraordinaire !

Après une demi-heure de bateau, à se gorger de paysages superbes, d’eau salée, nous arrivons dans le port de Sai Kung, où les équipes se préparent pour le Dragon Boat Festival qui aura lieu en juin prochain! Puis, nous nous rendons dans un petit « boui-boui », entre deux immeubles, qui sert de la délicieuse cuisine thaïlandaise. C’est la collègue de F. qui nous l’a recommandé et elle avait raison : nous nous régalons de délicieuses salades de pomelo et de papaye, de pad thaï, de nouilles sautées… c’est parfumé et frais! Une belle manière de terminer notre journée!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une réflexion au sujet de « Randonnée #2 – Maclehose Trail, stage 2 »

  1. Ping : 3 mois à Hong-Kong | Deux Suisses à Hong Kong

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.