Un an à Hong Kong!

Aujourd’hui, c’est un anniversaire plutôt spécial pour moi ! Voici un an, jour pour jour, que j’ai débarqué à Hong-Kong, des rêves et des points d’interrogation pleins la tête ! Un an que nous avons osé tout laisser : famille et amis, appartement, job… pour nous lancer et partir à l’aventure !

Je me souviens encore, avec pas mal de précisions, l’excitation du départ, les nuits d’insomnies qui ont suivi mon arrivée – quand je me demandais bien ce que j’allais faire de toute cette nouvelle vie à construire… les premiers temps, où je ne comprenais RIEN et où aller m’acheter un paquet de mouchoirs me prenait trois heures de temps ! Et je me dis que – si le temps a vite passé (…déjà un an… !), il a en même temps passé lentement… donnant vie au concept de relativité et d’élasticité du temps de Einstein !

Il est maintenant temps de faire le bilan de cette année, à 10’000 kilomètres de notre Suisse natale et de ceux qu’on aime ! Voici donc chronologiquement, ce qu’il s’est passé, ce que j’ai aimé et ce que j’ai trouvé difficile !

  • Septembre 2018 – arrivée à Hong Kong

Je suis donc arrivée le 08 septembre 2018, au matin. Nicolas, de son côté, m’avait devancé et était déjà là depuis une semaine. C’est en posant les pieds sur le sol hongkongais que je prends la pleine mesure de ce que nous sommes en train de vivre.

La vue de notre appart-hotel

La vue de notre appart-hotel, idéale pour les insomnies post-expatriations

A peine débarquée dans un appart-hôtel avec une vue à couper le souffle, je suis déjà confrontée à l’efficacité incroyable des hongkongais, qui nous ont organisés des visites d’appartements moins de trente-six heures après mon arrivée. Fin septembre, on avait donc notre appart… avant même d’avoir pu dire ouf !

Ce même mois, en guise de cadeau de bienvenue, nous faisons connaissance avec le typhon Mangkhut, le plus gros typhon jamais enregistré de toute l’histoire de Hong-Kong ! Ce jour-là, j’ai appris que les immeubles pouvaient vraiment tanguer !

  • Octobre 2018 – installation et socialisation

Début octobre, nous emménageons dans notre appartement. Il faut trouver des meubles, des lits à taille adaptée, gérer l’arrivée des livreurs, réparateurs, installateurs… qui ne parlent pas tous anglais. Mais on y arrive. L’appart est génial, j’aime notre quartier. Motivée, je commence mes cours de cantonais avec un enthousiasme débordant. Ça se met en place.

F., notre nouvelle amie, une randonneuse chevronnée

Puis, il a fallu nous faire des amis. Passant d’un quotidien suisse extrêmement social, entre la famille, les collègues, les élèves, les amis, se retrouver perdus dans une grande ville est un peu difficile. Heureusement, je connais déjà A., et V. et grâce à elles, nos premières sorties s’organisent. Et puis, je découvre la force des réseaux. Non, ils ne servent pas qu’à rencontrer l’amour ! Via geoexpat, expat.com, les groupes Facebook, on fait la connaissance de I., un canado-hongkongais qui nous emmène directement manger du Durian. Voilà de quoi sceller une amitié pour la vie. Ce même mois, ma copine D. en Suisse me met en contact avec sa collègue F. qui vit à Hong-Kong ! Elle deviendra notre copine de rando et l’une des meilleures amies que j’ai actuellement dans cette ville !

En parallèle, j’expérimente le premier écueil de la vie d’expatriée. Le 06 octobre, je manque les soixante ans de mes parents et leurs trente ans de mariage.

  • Novembre 2018 – première visite et suite de nos aventures

En novembre, on reçoit notre première visite. D. vient droit de Paris pour passer quelques jours chez nous ! Je ne travaille que deux jours par semaine alors j’en profite pour me balader et découvrir le pays. Avec F. on fait plusieurs randos les weekends.

D., notre première visite à HK

Grâce à E. que j’ai rencontré sur GeoExpat, je rejoins un groupe de filles qui se retrouve régulièrement pour le lunch. Le jour de mon anniversaire, je mange avec A. ainsi qu’avec M., une québécoise très sympathique. Je fais également la connaissance quelques jours plus tard de A., une journaliste australienne qui deviendra aussi une amie très proche, ainsi que de P., une normande que je rencontre à un atelier d’écriture à l’Alliance Française.

Le dernier weekend de novembre, nous partons à Macau et nous apprécions ce petit air de Portugal soufflant sur l’Asie !

Professionnellement, c’est un peu la déception. Pour des raisons logistiques, je ne peux pas commencer le master que j’attendais avec impatience. Mais, la vie étant pleine de surprises, on me propose de donner un cours d’essai dans le Learning Center où j’étudie le cantonais. Ils ont besoin d’un prof de français et – mon diplôme de formatrice pour adultes se révèle utile. Ça se passe bien et ils envisagent de m’engager pour la suite.

  • Décembre 2018 – Noël

En décembre, nous accueillons tout d’abord P., qui passe à Hong-Kong, en escale rapide. Puis, la maman de Nicolas nous rejoint pour une semaine. On en profite pour visiter, se perdre, goûter des spécialités incroyables. Je lui découvre une âme aventurière que je ne lui connaissais pas. On goûte notamment ensemble les œufs centenaires !

Ma belle-maman qui admire la vue depuis le Peak

Je découvre le système médical du coin, car j’ai un kyste sur un tendon du pied… et je suis estomaquée du professionnalisme et de leur efficacité. Le système suisse n’a qu’à aller se rhabiller.

Puis, la fin de l’année arrive et on revient (déjà !) en Suisse. Ça a passé tellement vite… mais les vacances de Noël (à défaut d’être reposantes) nous font un bien fou ! La famille et les amis nous avaient manqués.

  • Janvier 2019 – Nouvelle année positive

A., mon amie milanaise lors de notre expédition dans les Nouveaux Territoires

Retour à Hong-Kong le 05 janvier. Je suis contente de retrouver cet endroit que je considère désormais comme la maison. C’est bon signe. Je commence à enseigner le français pour de bon dans mon Learning Center, en parallèle à mon job à distance !

Je fais la connaissance de A., une milanaise et je suis toute contente de parler italien avec elle ! Passionnée par les vieux bâtiments, nous partons en escapade ensemble dans les Nouveaux Territoires.

  • Février 2019 – Les parents arrivent

Février arrive et là, on découvre ce que c’est que le Chinese New Year. On galère concernant les coutumes et ce qu’il faut faire ou non… il y a en effet toutes sortes de traditions à suivre pour respecter les traditions !

Autour du vingt, mes parents arrivent à Hong-Kong et on leur concocte un programme de visite auquel je me joints dès que j’ai du temps ! Ils adorent Hong-Kong et ça fait plaisir de pouvoir leur transmettre notre amour pour ce coin du monde !

Mes parents à la découverte de la luxuriante Hong-Kong

Mes parents à la découverte de la luxuriante Hong-Kong

  • Mars 2019 – petit voyage au Japon
Un izakaya à Tokyo

Un izakaya à Tokyo

Début mars, on fête l’anniversaire de mon papa au bord de la mer. Il se baigne même, et – après les avoir épuisés lors d’une « petite » randonnée – nous finissons la journée en mangeant des fruits de mer. Puis, mes parents et moi allons au Japon voir ma sœur. Ça fait trop plaisir de voir où elle vit et de se retrouver. Ça fait quand même plus de deux ans que je ne l’ai pas vue. On se fait accueillir comme des rois par tout le voisinage! De retour à Hong-Kong, je fais découvrir le concept des bars à chats à mes parents. Quelques jours plus tard, ils retournent en Suisse et je rejoins Nicolas un weekend à Shangaï. On y voit notre ami M. qui habite dans une ville voisine.

  • Avril 2019 – mois des visites de copines dont le prénom commence par M.
Ma. en pleine séance de photos

Ma. en pleine séance de photos

Ma copine Ma. arrive pour trois semaines. Là aussi, en fonction de mes dispos, je l’accompagne et on découvre des endroits absolument insolites, tels que le Noah’s ark. On part avec elle le long weekend de Pâques à Taïwan et j’ai un véritable coup de cœur pour cet endroit.

Puis, Ma. nous quitte et le lendemain, Mé. arrive et reste une semaine chez nous avant de continuer son périple vers Bali. On devient calés en termes de programmes et de visites. Avec Mé., nous découvrons un parc naturel dans les Nouveaux Territoires où se trouve un crocodile qui s’appelle Pui Pui !

Le lendemain du départ de Mé., c’est Mar. qui fait escale chez nous pour quelques jours, de retour d’Australie.

En parallèle, on commence l’impro. Et la chose folle, c’est que nous connaissons déjà l’entraîneur de l’équipe en question. Nous avons même joué avec lui à Paris, il y a quelques années avec notre équipe de Vevey !

  • Mai 2019 – à la découverte de la Chine

En mai, Nicolas a une semaine de vacances. On part donc à Guilin et Yangshuo en Chine ! Je me rends compte que mon cantonais ne sert absolument à rien en Chine continentale ! Les mots ne se ressemblent même pas. Nous apprécions nos escapades en vélos dans les paysages qui ont servi de décors à Star Wars et on revient requinqués.

Notre copine F. qui était rentrée en Suisse dans l’intervalle est de retour. Et c’est avec un grand plaisir qu’on l’accueille à nouveau. Elle nous avait manqué.

  • Juin 2019 – escale suisse

En juin, c’est C. qui vient nous voir. C. est une copine du MBA de Nicolas. Elle vit à Shanghai et c’est une chinoise absolument déjantée. Je l’aime dès la première seconde où je la rencontre. On va à la plage, on rigole, on lui fait découvrir le Peak. C’est sa première fois à Hong-Kong même si elle vit tout près.

Je commence à apprendre à lire et écrire en chinois.

Puis, le 09 et le 16 juin, on assiste à la première grande manifestation contre la loi concernant l’extradition. Des millions de gens défilent sous nos fenêtres. Je n’ai jamais vu autant de monde de ma vie.

Fin juin, Nicolas doit aller en Suisse pour le travail. Je me joins à lui. Douze jours c’est trop court. J’en profite pour travailler un peu – c’est toujours agréable de voir les collègues en vrai – et je vais voir la famille, les filleuls, les amis. Ils m’avaient vraiment manqué.

  • Juillet 2019 – escapade libanaise

L’été est déjà bien installé. Nous faisons connaissance avec la moiteur étouffante de Hong-Kong. Tout se ralentit. Dès qu’on sort, on transpire. Et il pleut beaucoup.

Ce mois-ci, on va voir Yo La Tengo en concert. Je fais la connaissance de C., une hongkongaise absolument adorable avec qui j’organise des échanges linguistiques français-cantonais. Je progresse lentement mais sûrement. On fait également la connaissance de R., un hongkongais ayant grandi en France qui nous fait découvrir sa culture!

Les cèdres du Liban

Les cèdres du Liban

Puis, nous allons voir la famille de Nicolas au Liban. Dix jours au frais. On mange trop… mais on profite à fond !

  • Août 2019 – c’est la rentrée

Et nous revoilà en août, requinqués après la pause estivale. Mes cours s’organisent pour la rentrée.

On voit K. et J. qui sont en escale à Hong-Kong et avec qui on passe une soirée. On rencontre C. et sa petite famille qui sont de passage à Hong-Kong. Elle m’avait écrit quelques mois auparavant via le blog, pour avoir des conseils et du coup, on passe deux super moments ensemble !

Les activités sont plus calmes. Il fait terriblement chaud. Et puis, avec les manifestations, c’est compliqué de se déplacer les weekends.

Notre ami I. nous apprend qu’il quitte Hong-Kong pour Portland, US – et c’est le cœur gros que nous lui disons au revoir.

Un an à Hong-Kong, le bilan

Cette année a été riche en évènements, en visites, en émotions, en nouvelles découvertes. Si cela n’a pas été facile tous les jours, je me suis découvert une énergie assez folle. Je suis fière de moi. On s’est fait un chouette réseau d’amis ! J’arrive désormais à me débrouiller en cantonais basique. Je maîtrise mon environnement. J’ai aussi beaucoup progressé en anglais. Je comprends désormais quasiment tout et mon accent s’est bien amélioré. Je ne suis désormais plus fatiguée même après avoir passé plusieurs heures à parler anglais. Et je peux aller au cinéma sans les sous-titres et tout comprendre, youhouhou !

Ma principale difficulté, ça a été la gestion de mes horaires. Entre mes cours de français, le travail à distance, l’avancement de mon roman, les visites, mon planning est assez décousu. A part mon emploi à distance, qui est fixe, mes cours varient. Parfois j’en ai pleins la semaine, parfois, je n’en ai quasi pas, en fonction de la demande, de la période. Souvent, ils changent en fonction des disponibilités des élèves. Si j’aime bien cette flexibilité qui m’a permis d’avancer dans mon projet artistique, de bien m’occuper de nos proches en visite chez nous et de prendre le temps de m’occuper de la logistique concernant notre installation, c’est plus difficile dans la gestion du quotidien. Mais septembre arrive, avec pleins de nouveaux cours, donc nous verrons comment cela s’organise.

Happy face in Hong-Kong

Happy face in Hong-Kong

Sinon, je suis heureuse. Sincèrement. Depuis toute petite, je me suis toujours vu habiter à l’étranger. J’avais sans doute trop lu de romans de Pearl Buck, mais l’envie de partir, d’aller voir ailleurs… c’est quelque chose que j’ai toujours eu dans la tête ou plutôt dans les tripes. Et il a fallu attendre bien trente ans pour oser. Pour le faire, vraiment. Tout quitter, recommencer à zéro. Alors voilà, c’est fait. Un vieux rêve d’enfant a pu être coché de ma check-list et je n’ai aucun regret. J’adore cette nouvelle vie. J’adore devoir tout reconstruire (même si c’est franchement fatigant). J’adore ne rien comprendre et être perpétuellement dans ma zone d’inconfort (je suis un peu bizarre, je sais…). Ce qui est plus difficile, ça a été la reconstruction du réseau social. En un an, j’ai dû enchaîner pas mal de cafés pour rencontrer des gens. Il a fallu mettre la timidité de côté, parfois boire des verres avec des personnes avec qui ça ne passait pas du tout, ou avoir l’impression de faire du speed-dating amical. Mais finalement, les choses se sont faites et maintenant que nous connaissons quelques personnes, c’est plus naturel. On commence enfin à rencontrer des gens « normalement » (des amis d’amis, des gens qu’on rencontre lors d’activités spécifiques) et non plus comme si je devais trouver l’amour en ligne !

Et puis, pour terminer, certaines de mes habitudes ont changé. Forcément… J’en ai pris quelques bonnes : comme celle de me remettre au sport pour de bon ! Bon… il faut dire qu’à Hong-Kong c’est quand même plus facile qu’en Suisse, où je devais prendre le bus ou le train pendant 45 minutes pour arriver à la piscine la plus proche. À Hong-Kong, j’ai une piscine publique à 4 minutes à pied de chez moi, ce qui m’a changé la vie. De plus, j’ai commencé le yoga (en cantonais, attention !), et j’adore. Le fait d’avoir des horaires plus flexibles qu’en Suisse me permet plus facilement de m’inscrire à des cours. Ensuite, Hong-Kong, c’est le paradis de la rando. La Suisse aussi, me direz-vous… mais en Suisse, il fait moche les ¾ de l’année et en plus, il faut à nouveau prendre la voiture ou le train pour arriver en montagne. Ici, en 20 minutes de métro, voire moins, hop je suis dans la nature !

J’ai pris d’autres habitudes dont je suis un peu moins fière. Depuis que je suis ici, je suis TOUT LE TEMPS, sur mon téléphone portable. Il faut dire (à ma décharge) que tout se fait par WhatsApp ici. Organiser ses journées de boulot, dialoguer avec son chef, prendre rendez-vous chez le médecin, vérifier s’il y a une manifestations… Rajoutez là-dessus une dépendance à mon dictionnaire anglais et à mon dictionnaire cantonais ! Une certaine habitude d’utiliser Google Maps pour savoir où descendre depuis le minibus. L’envie d’envoyer des photos des trucs marrants que je vois à mes amis ou ma famille en Suisse… et voilà. Je suis collée à mon téléphone et ça m’énerve ! J’ai même installé une app pour m’aider à décrocher mais ça ne fonctionne pas véritablement.

Bref, voici déjà un an que nous sommes à Hong-Kong ! Et j’aime cette ville comme si elle faisait désormais partie de moi !

11 réflexions au sujet de « Un an à Hong Kong! »

  1. Hello !
    Encore une fois je vous lis avec beaucoup d’intérêt. Quelle chance d’avoir une vie si passionnante plusieurs vies dans une vie !
    Je vous remercie au passage pour le temps que vous prenez de répondre à mes remarques.
    Bonne route pour la deuxième année 😊
    Je vous embrasse Jacqueline

    Aimé par 1 personne

    • Merci surtout de me suivre avec autant de rigueur :-)! Oui, j’avoue. On est vraiment chanceux! On se réjouit de cette deuxième année et on est déjà sûrs que HK nous apportera de nombreuses surprises!

      J'aime

  2. Bravo Karine !
    Et merci de nous faire vivre tes expériences d’expat’. Je voyage toujours un peu quand je te lis ici <3. C'est ma p'tite pause "exotique".
    Bravo pour sortir de ta zone de confort et t'intégrer au mieux. (Je ne peux qu'être atterrée des expat' qui ne prennent pas la peine d'apprendre 3 mots du pays indigène…)

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.