21 juillet – Histoire de bouffe

Voilà déjà trois jours que nous sommes en quarantaine et paradoxalement, le temps file à la fois lentement et rapidement. Heureusement, nous pouvons travailler à distance et cela nous occupe passablement. Les journées sont toutefois rythmées différemment qu’en situation normale, et les points culminants de la journée restent les repas.

Jeudi dernier, avant notre départ, nous avions dû remplir un formulaire pour choisir ce que nous allions manger. Nous avions notamment toujours le choix entre un plat chinois végé ou avec viande, ou un plat « occidental » végé ou avec viande. Lorsque nous avons rempli le formulaire, j’avais trouvé relativement perturbant de devoir choisir en avance 14x 3 plats, soit 42 menus, en avance… Mais maintenant que le choix est fait, et que nous avons oublié ce que nous avions coché, c’est donc toujours la surprise.

Le matin, entre 7h et 09h, quelqu’un nous apporte donc le petit déj… l’heure est hyper aléatoire. Parfois, c’est 7h15, parfois 8h30. Lorsque le plateau est posé, l’employé sonne… et court ensuite à l’autre bout du couloir. Nous mettons donc notre masque pour récupérer le paquet, déposé devant une chaise plastifiée posée devant notre porte. Idem entre midi et 14h… et entre 18h et 20h.

De manière générale, la nourriture est bonne et variée et nous avons la chance de recevoir pas mal de fruits frais… et les portions sont correctes, compte tenu de notre activité physique quasiment nulle. Nous sommes bien lotis. Certains hôtels ne sont malheureusement pas réputés pour la qualité de leur cuisine et les gens y séjournant doivent dépenser de petites fortunes en livraisons – quand ils ont de la chance de pouvoir le faire, certains n’autorisant carrément pas les livraisons extérieures.

Bref, trois fois par jours, nos menus nous sont donc servis dans des contenants en plastique et c’est là que le bât blesse. Quarantaine oui… zéro déchets… on en est très loin malheureusement. Mais on a pas le choix…

Et voici un petit aperçu de nos menus, du petit-déj au souper, en vrac!

Une réflexion au sujet de « 21 juillet – Histoire de bouffe »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.