Back in town

Le temps a filé et nous voilà déjà de retour dans notre chez-nous asiatique, après avoir passé deux magnifiques semaines en Suisse. C’était nos premières vacances « à la maison » – et comme vous pouvez l’imaginer, c’était étrange d’être chez soi sans avoir de chez soi! Mais, mis à part ce sentiment de nomadisme, c’était génial de revoir la famille et les amis, en vrai, sans écrans interposés! Les discussions, les rigolades, voir pousser les bébés! Ça nous a fait vraiment du bien de voir ceux qu’on aime !

Le fichier Excel qui nous a permis d’organiser notre séjour! Une vraie organisation à la Tétris

Le seul bémol : le manque de temps. Il a fallu courir, sans cesse. J’ai dû faire un fichier Excel pour qu’on s’en sorte avec nos différents rendez vous ! Nous avons aussi mangé pas mal de kilomètres entre Genève, le Bouveret, Montreux, Lausanne, Saint Légier, Collonges sous Salève, Morges, Gimel, Nyon, Lausanne encore, le Bouveret une deuxième fois, Villeneuve, Gryon, Morges à nouveau. Mon refroidissement de mi-vacances a mis à mal mon planning. J’avais envie de voir tout le monde. Mais c’était impossible et difficile !

Lors de nos diverses visites, tout le monde nous a demandé si nous avions eu un choc en revenant. Étant partis seulement trois mois et quelques, cela n’a pas suffi à effacer nos 30 années et quelques de vie en Suisse. Nous n’avons donc pas été complètement bouleversés. Mais, malgré tout, il y a plusieurs petites choses qui nous ont surpris ou frappés! Voici en vrac les différents points qui ont été chouettes, nous ont questionnés ou encore titillés !

La nourriture: Dieu, que la nourriture est bonne! Les yoghurts (au mocca!!!), le pain croustillant, les fromaaaages… Les mille et un délicieux petits plats que nos chers nous ont concocté : de la raclette, du hachis parmentier, la salade de rampon, de la fondue chinoise ou bourguignonne, des endives au jambon, du riz rouge avec de la sauce gombo, de la quiche au fromage, de la tarte au citron meringuée, du chocolat, des gâteaux en tout genre et j’en passe! En résumé, nous n’avons pas arrêté de manger… J’étais très fière d’avoir perdu quelques kilos depuis septembre. J’ai quasiment tout repris ! Sinon, dans les magasins, il y a aussi un choix de yoghurts extraordinaires. Tous ces goûts! Ici, il n’y a que 3 parfums. En Suisse, nous avons de la chance d’en avoir des dizaines! Et la salade! Très étrangement, je crois que c’est ce que j’ai préféré retrouver : la bonne salade de rampons, toute fraîche, avec du vinaigre balsamique, des œufs, des petits dés de gruyère – rien que d’y repenser, je salive!

Les conditions météorologiques : Je n’aime décidément pas le froid. Surtout ce froid gris, moche et sans neige. Après avoir attrapé un petit refroidissement c’est sans regret que j’ai retrouvé le climat tempéré de Hong Kong ! Le seul avantage au froid, c’est la neige. Il n’y a pas à dire… c’est trop beau ces petits flocons qui tombent du ciel!

La tombée du jour depuis le train, entre Lausanne et Vevey!

Nous avons aussi été surpris par la sécheresse de l’air suisse, ainsi que par la tombée du jour. La nuit tombe lentement en Suisse. Le ciel s’étire, se colore de teintes incroyables avant de virer au bleu nuit! C’est très beau. A Hong-Kong, cela tombe d’un seul coup, comme si quelqu’un éteignait la lumière.

Les gens et la rue : Plusieurs choses nous ont frappés en revenant! Bon, déjà dans le bus pour aller au centre ville de Genève, la dame qui voulait passer avec sa poussette, qui m’a littéralement envoyé un coup dans les mollets… Nous parlons le même langage, un petit « excusez moi » aurait suffi. Ensuite, Nicolas a été surpris par le fait que les gens se dévisagent beaucoup, qu’ils se connaissent ou non. Cela fait bizarre après l’anonymat asiatique ! De mon côté, j’avais oublié qu’il était possible d’avoir peur en marchant toute seule dans la rue… A Hong Kong, tu peux te promener dans le quartier de ton choix, à toute heure du jour et de la nuit sans rien craindre, sans jamais se faire ennuyer. On s’habitue vite à ce confort !

Mais il y a aussi du positif! C’est sans doute à cause de la langue – mais j’ai apprécié pouvoir plaisanter et papoter avec les commerçants ou les gens que je croisais. Les gens étaient détendus – comprenaient mes blagues! C’était super agréable. A Hong Kong, mon chinois n’est pas encore suffisant pour faire du small talk. J’ai aussi été frappée par la place. Il n’y a personne. Tout est toujours vide, tout le temps : au marché de Noël, dans les rues, au supermarché le 31 décembre! Alors que nous faisions les courses pour le Réveillon, deux personnes à côté de nous à la Coop de Blonay se plaignaient de la foule… J’ai ri. De mon côté, j’étais subjuguée par le fait que je pouvais tendre les bras de chaque côté sans toucher un rayon ou quelqu’un passant par là.

Sinon, rien n’a vraiment changé (à part le chantier devant la gare de Morges). En trois mois et demi, c’est normal!  Nous aurons peut-être d’autres surprises lors de notre prochain retour! Affaire à suivre…

Un grand merci à tous ceux qui nous ont accueilli, ont pris du temps pour nous voir pendant notre retour! Ça nous a vraiment fait du bien! Nous repartons requinqués, pleins d’énergie pour aborder cette nouvelle année. Nous nous réjouissons des aventures qui nous attendent en 2019 et nous avons retrouvé Hong-Kong avec plaisir !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.