26 septembre – La danse des chevaux

Cet après-midi, nos pas nous mènent jusqu’à un immense parc, proche de chez nous. Il fait très chaud et des basses résonnent dans l’air.

– J’ai l’impression d’aller à un festival, dis-je à Nicolas.

Nous suivons les notes de musique et arrivons sur une immense pelouse occupée par des centaines de femmes divisées en 3 groupes distincts. Le premier groupe danse sur des musiques traditionnelles vêtues de tenues colorées, de perruques noires et de masques effrayants. Le deuxième est constitué de ninja, toutes vêtues de noir qui bougent toutes ensemble. Elles sont impressionnantes. Le troisième regroupe quant à lui un groupe de femmes vêtues de manière colorée, maquillées et chevauchant des chevaux en carton. Elles dansent sans discontinuer sur une musique lancinante.

– C’est pour une fête traditionnelle indonésienne, me souffle une femme souriante.

Je n’en saurai pas plus. L’Indonésie est un vaste pays composé de plus de 11’000 îles, de 270 millions d’habitants… et de 700 langues parlées ! Selon la région, les traditions peuvent donc être très diverses.

C’est beau. Une délicieuse odeur d’encens flotte dans l’air. L’ambiance est à la fête. Elles sont belles, ces femmes, festoyant dans la chaleur de l’après-midi et on flâne entre les groupes, observant les danses et les chorégraphies.

En rentrant à la maison, je cherche sur Internet sans succès. A quoi avons-nous assisté ? Serait ce la danse du kuda kepang? Les danses des masques balinaises ou une tradition pour célébrer l’équinoxe ? Je ne sais pas mais j’ai voyagé avec elles l’espace d’un instant !

25 septembre – L’arbre à vœux de Lam Tsuen

Ce matin, nous partons en direction de Lam Tsuen, un joli village situé dans les Nouveaux Territoires. Le village est célèbre pour son temple et surtout… son arbre à vœux ! Et l’histoire est insolite !

La légende raconte en effet qu’un père anxieux face aux mauvaises notes de son fils alla faire un vœu sous un camphrier situé à côté du temple de Tin Hau. Miraculeusement, son fils se mit à exceller à l’école. Le bouche à oreille fit son office et la foule vint de loin pour faire des vœux sous l’arbre. Pour ce faire, les gens attachaient leurs souhaits, rédigés sur un petit papier, à un caillou, une carotte ou une laitue et les jetaient dans les branches. Plus le souhait s’accrochait haut, plus les chances de réalisation étaient élevées !

Mais les pierres abimèrent l’arbre (ainsi que les fenêtres des maisons environnantes…) et on décida de changer les pierres pour des mandarines ! Toutefois, sous les assauts et les bâtons d’encens, l’arbre mourut. Il fut alors remplacé par un banyan, mais en 2005 il perdit une branche, blessant deux personnes. La municipalité décida donc d’acquérir un arbre artificiel pour éviter les accidents… (pour la modique somme de 30’000 CHF quand même).

L’arbre mesure 11 mètres de haut et les mandarines furent remplacées par des répliques en mousse… rendant la tâche de les lancer le plus haut possible tres difficile !

Pour y pallier, on peut aujourd’hui faire ses vœux sur un papier spécial qu’on suspend alors à un grand panneau en bois. On s’est évidemment pliés à l’exercice et pour tripler mes chances, j’ai même écrit mon vœu en anglais et en chinois et j’ai demandé à Nicolas de le poser tout en haut du panneau ! 😂

19 août – Le mois des fantômes affamés

Ce mois ci à Hong Kong, c’est le mois des fantômes affamés, alias Hungry Ghost Festival.

En gros, tout comme à Halloween, dans la tradition chinoise, on pense que les esprits qui sont morts seuls, qui sont instables ou errants… quittent le royaume des morts pour revenir sur terre… Cela a lieu tout le mois avec un pic le 22 août ! Et ces fantômes sont facétieux et adorent piéger les vivants, leur faire des farces… et peuvent aussi se mettre en colère contre quelqu’un, voire leur porter la poisse.

Pour y pallier, pendant tout le mois, des rituels sont organisés pour rendre hommage à ces défunts, mais aussi à ses propres ancêtres. Sur la rue et dans les cimetières, offrandes, présents, encens sont déposés et les gens brûlent des papiers spéciaux afin d’apaiser ces âmes. Les familles servent généralement de la nourriture sur des tables commémoratives dans leurs maisons pour demander la bénédiction de leurs ancêtres et leur demander de veiller sur eux. Le soir du 21, les habitants organisent un festin et laissent une place vide à la table pour leurs membres disparus…

Hors Covid, les foules se rassemblent la nuit pour assister à des représentations d’opéra chinois organisées dans des structures temporaires en bambou. Les gens lâchent également des lanternes en papier sur l’eau, afin de guider les fantômes dans l’au-delà.

Mais, en complement, il y a tout une liste de choses à éviter pour ne pas déranger ou irriter les fantômes :

– Éviter de raconter des histoires de fantômes…

– Éviter de toucher les offrandes de nourriture qui sont dans la rue.

– Éviter d’organiser des événements importants pendant cette période, comme démarrer une nouvelle entreprise, se marier ou emménager dans une nouvelle maison.

– Éviter de laisser de l’argent dans la rue… ce qui peut être considéré comme un pot-de-vin destiné aux gardes de l’haut-delà…

– Éviter de prendre le dernier bus ou métro de la journée (souvent plein de fantômes)

– Éviter de prendre des photos la nuit.

– Éviter de planter vos baguettes dans votre bol

– Éviter de dormir à côté ou face à un miroir.

– Éviter de porter des vêtements rouges et noirs.

Bon. Entre le miroir de notre chambre, mon article sur les fantômes, mon t-shirt rouge et mes chaussettes noires et Nico qui adore prendre des photos de nuit… on est mal barrés. Je vais vite aller planter des bâtons d’encens, je crois.

19 mai – L’anniversaire de Bouddha

Aujourd’hui, c’est un jour férié à Hong Kong puisque nous célébrons l’anniversaire de Bouddha – l’historique, alias Siddhartha Gautama!

Si cette fête est célébrée dans toute l’Asie, elle a une particularité originale : cela ne tombe pas le même jour en fonction des régions où l’on se trouve. En effet, la date exacte de l’anniversaire de Bouddha est basée sur les calendriers luni-solaires asiatiques. En Inde et au Népal, où vivait le Bouddha historique, il est célébré le jour de la pleine lune du mois Vaisakha du calendrier bouddhiste. En Chine et en Corée, il est célébré le huitième jour du quatrième mois du calendrier lunaire chinois. La date varie d’une année à l’autre dans le calendrier grégorien occidental, mais tombe généralement en avril ou mai. Dans les années bissextiles, il peut être célébré en juin. Au Tibet, il tombe le 7ème jour du quatrième mois du calendrier tibétain… et à Hong Kong, cela se passe le 8e jour du 4ème mois en suivant le calendrier lunaire, et non grégorien.

A Hong Kong, cette fête est la plus grande célébration bouddhiste de l’année… et pour l’occasion, les temples se parent de lanternes, les croyants chargent les autels d’offrandes et de bâtons d’encens et les statues de Bouddha sont baignées afin de symboliser la purification de l’âme du Bouddha.

Et pour l’occasion, voici quelques photos de Bouddha prises au cours de mes pérégrinations entre Hong Kong et le Japon.

21 avril – Boire du thé, c’est bon pour la santé…

Une journée sans essayer quelque chose de nouveau est une journée perdue… ou pas !

Aujourd’hui, alors que je marchais dans la rue avec mon ami Jason, nous nous sommes arrêtés devant une petite échoppe servant des boissons, à l’odeur étrange. Curieuse, je lui ai posé mille questions sur la boutique ! Tout était écrit en chinois et j’aurais été plutôt empruntée d’y aller seule.

Lire la suite