23 août – Dans l’ombre du Yen Chow Street Hawkers Bazaar

Dimanche, nous nous perdons dans les ruelles du quartier de Sham Shui Po. Au croisement entre deux artères, un enchevêtrement de tôles et de cartons s’étire devant mes yeux. Cela ressemble plus à un cloaque qu’à un marché à proprement parler… cependant, derrière les poutrelles et les tiges de métal se cache une véritable caverne d’Ali Baba. J’ai nommé le Yen Chow Street Hawkers Bazaar.

Créé en 1978, le lieu se bat régulièrement avec les avis d’expulsion… Pourtant, le petit marché se tient là, vaillamment… et en dessous de son toit de tôles et de bâches, qui résiste bien mal aux fortes pluies estivales, les stands se succèdent, proposant tous les tissus possibles et imaginables et à des prix défiants toute concurrence.

Je m’y faufile avec mon amie Caroline. Les couloirs sont étroits et on finit tant bien que mal par approcher un vendeur, qui nous présente mille et une sortes de tissus colorés. On palpe les étoffes… on compare les textures et on repart chacune avec quelques modestes trésors.

C’est un lieu unique à Hong Kong.

27 mai – Le marché aux poissons

À Hong Kong, les rues sont classées par thème. Il y a l’avenue des vendeurs de robinets, celle des magasins de matériel de cuisine, celle des fleurs, celle des aliments séchés ou plus surprenante, celle des boutiques d’animaux et de poissons.

Au début, j’ai trouvé cela plutôt étrange comme manière de fonctionner… et puis, avec le temps, j’avoue trouver cela très pratique. J’ai besoin d’un moule à gâteaux ? Je vais à Yau Mai Tei. Là, j’aurai l’embarras du choix !

À midi, je me suis donc rendue dans la rue des vendeurs de poissons. Mes chers poissons rouges sont voraces et ils dévorent régulièrement toutes les plantes qui se trouvent dans leur aquarium.

Lire la suite

18 février – un monde de contrastes

Chaque matin, quand je vais au travail, je traverse le marché. J’avoue que j’adore ! Je sors de mon immeuble, zigzague entre les passants, passe près du petit café qui sert des déjeuners à même la rue et je me faufile dans les ruelles qui contiennent le wet market, ou marché humide. Le marché porte d’ailleurs bien son nom : tout ruisselle. Les étals de légumes, de poissons, de viandes sont nettoyés à grande eau et le sol est trempé.

Je passe devant les stands de légumes… Bok choy, pak choy, longues aubergines roses ou radis géants, énormes racines de gingembres ou lotus coupés en rondelles… Je regarde les tas de fruits connus et mystérieux : dragon fruits, oranges de Taiwan, mangues, Longan ou pommes custardes … Lire la suite