24 janvier – Portes ouvertes à la boutique…

Nicolas et moi marchons dans Fo Tan. Il bruine. Nous sommes les seuls Occidentaux à la ronde.

Alors que nous passons devant une dame poussant un chariot recouvert de cartons, celle ci me regarde et me fait un large sourire. Je lui souris en retour en hochant la tête, toute contente.

Mon côté optimiste se dit qu’il se passe quelque chose entre nous… une onde d’amitié transcendant tout… !

Elle s’approche de moi. Je lui souris encore. Dans un mélange d’anglais, de cantonais et de mime, elle me dit alors :

– Excusez moi. Votre braguette est grande ouverte !

Voilà voilà !

29 décembre – Dans le bus

Dans le bus, il y a des interdictions diverses et variées. Certaines sont plutôt universelles : ne pas parler trop fort au téléphone, éviter de se déplacer sans se tenir à la barre de sécurité, enlever son masque, consommer de la nourriture…

Mais celle qui m’amuse et m’étonnera toujours est l’interdiction de se couper les ongles pendant le trajet !

12 novembre – Trust and confusion

En ce moment, l’artiste Tino Seghal organise une performance au sein de la sublime prison de Tai Kwun.

La performance est impressionnante et déroutante à la fois. 7h par jour, pendant un mois, une trentaine de personnes danse, chante, bouge et raconte de vraies histoires aux passants.

Hier, assise dans la cour de Tai Kwun, j’ai pu écouter 4 histoires personnelles que m’ont contés les performeurs. Une femme m’a raconté un challenge de natation dans les eaux japonaises, un jeune homme m’a raconté les circonstances du mariage de ses parents, un Australien m’a conté les violences cachées des riches banlieues tandis qu’un homme m’a fait rire en me parlant de son obsession pour les loirs.

J’ai adoré.

Si vous avez quelques minutes, allez donc vous perdre dans cette exposition vivante et vous immerger dans ces tranches de vie !

07 octobre – Économie de papier

Les toilettes publiques sont pléthores ici à Hong Kong. Que vous soyiez au milieu de la ville, perdu dans la forêt au milieu des Nouveaux Territoires… ou sur une île paradisiaque, pas de stress à avoir ! Vous trouverez toujours un petit cabanon plutôt propre, équipé de toilettes, d’eau, de savon… et de papier !

En fait, le sujet est même brûlant puisqu’à Hong Kong, il existe une application (Toilet rush) pour localiser les toilettes autour de soi. Les incontinents peuvent donc se balader en ville sans sueurs froides !

La seule petite particularité de ces endroits d’aisance est qu’il ne faut pas être trop pressé et être un peu prévoyant. En effet, pour une raison qui m’échappe, le distributeur de papier toilettes est situé à l’extérieur des cabines et il convient donc de prendre la bonne quantité avant d’aller au petit coin.

Me concernant, je passe souvent tout droit devant les distributeurs, trop occupée à rêver ou à m’étonner de la présence de WC au milieu [cocher selon la situation] : □ de la forêt, □ d’une plantation de bananiers, □ derrière la grotte d’un pirate célèbre (si, si, histoire vraie), □ derrière un arrêt de bus, □ à 300 mètres d’autres toilettes…

Du coup, j’oublie et je dois alors remercier le ciel et mon rhume chronique qui font que j’ai toujours des mouchoirs avec moi !