24 janvier – Portes ouvertes à la boutique…

Nicolas et moi marchons dans Fo Tan. Il bruine. Nous sommes les seuls Occidentaux à la ronde.

Alors que nous passons devant une dame poussant un chariot recouvert de cartons, celle ci me regarde et me fait un large sourire. Je lui souris en retour en hochant la tête, toute contente.

Mon côté optimiste se dit qu’il se passe quelque chose entre nous… une onde d’amitié transcendant tout… !

Elle s’approche de moi. Je lui souris encore. Dans un mélange d’anglais, de cantonais et de mime, elle me dit alors :

– Excusez moi. Votre braguette est grande ouverte !

Voilà voilà !

20 octobre – Un peu de dessert ?

Alors que nous mangeons dans un restaurant avec nos amis Jordan et Kelly (les fameux cuistots déglingos, rien de moins…), Jordan lève le doigt pour appeler le serveur. Il se laisserait bien tenter par un petit dessert. Le serveur le regarde et de but en blanc nous dit :

– Non, franchement… je ne vous le recommande pas. Ils ne sont pas bons.

Nous éclatons de rire.

Les desserts ne sont peut-être pas recommandables mais la franchise du personnel, quant à elle, gagne la palme !

15 août – Des mots pleins de possible

Si j’essaye d’apprendre à lire le chinois, je suis bien loin de pouvoir comprendre quoi que ce soit.

Cet après-midi, Nicolas et moi passons à la librairie. Environ 15% des bouquins disponibles sont en anglais, tandis que 85% des rayonnages nous sont totalement hors de portée. Du coup, j’erre dans les rayons et j’essaie de comprendre de quoi il en retourne de par la couverture.

Parfois c’est évident. Parfois… pas du tout. Et mon imagination comble alors les manques, créant des scénarios absurdes et très marrants.

Un petit aperçu en images de quelques couvertures bien mystérieuses!

13 avril – Le dormeur

Je suis chez le dentiste. Cela fait une éternité que je n’y suis pas allée, avec le Covid et les restrictions.

Dans la salle d’attente du cabinet, je suis assise à côté d’un homme enfoncé dans les coussins, les jambes croisées, la tête basculée vers l’arrière, qui ronfle à gorge déployée (enfin… j’imagine… il a un masque comme nous tous).

Ses ronflements résonnent dans tout le cabinet et les secrétaires derrière le bureau d’accueil ne peuvent s’empêcher de glousser, tout comme moi… La jeune femme assise de l’autre côté fait comme si de rien n’était tandis que les clients et le personnel qui vont et viennent haussent toujours un sourcil en arrivant avant de réprimer un petit rire.

Je ne sais pas si c’est l’effet d’une éventuelle anesthésie ou si c’est simplement à cause du canapé qui est vraiment très confortable, mais la situation est vraiment marrante.

Dans l’intervalle, j’ai eu mon contrôle. En revenant il est toujours là et ronfle de plus belle. J’espère qu’il fait de doux rêves !