27 août – « Pluie du matin n’arrête pas le pèlerin… »

Ce matin, alors que nous buvons notre thé face à la vitre, nous le voyons arriver. Il avance vite… il est sombre et effrayant… j’ai nommé : le rideau de pluie qui s’approche. C’est assez fou. On voit vraiment la bande de pluie avancer, avancer, comme une armée… jusqu’à parvenir jusqu’à chez nous.

D’un coup, le vent se met à souffler et rend l’aération de ma salle de bain totalement folle. Puis, la pluie arrive et elle tombe comme une douche que l’on allume. L’eau dégouline sur les parois de notre buildings. Elle sera suivie toute la journée d’éclairs plutôt impressionnants.

Plus de 20 millimètres de pluie tomberont entre neuf heures et midi. Et cet après-midi, cela continuera… Le parapluie est donc de mise.

Le petit bonhomme en haut à gauche est formel : il faut courir se mettre à l’abri. Les tâches bleues, jaunes et vertes ce sont la pluie et les éclairs qui arrivent.

23 août – Dans l’ombre du Yen Chow Street Hawkers Bazaar

Dimanche, nous nous perdons dans les ruelles du quartier de Sham Shui Po. Au croisement entre deux artères, un enchevêtrement de tôles et de cartons s’étire devant mes yeux. Cela ressemble plus à un cloaque qu’à un marché à proprement parler… cependant, derrière les poutrelles et les tiges de métal se cache une véritable caverne d’Ali Baba. J’ai nommé le Yen Chow Street Hawkers Bazaar.

Créé en 1978, le lieu se bat régulièrement avec les avis d’expulsion… Pourtant, le petit marché se tient là, vaillamment… et en dessous de son toit de tôles et de bâches, qui résiste bien mal aux fortes pluies estivales, les stands se succèdent, proposant tous les tissus possibles et imaginables et à des prix défiants toute concurrence.

Je m’y faufile avec mon amie Caroline. Les couloirs sont étroits et on finit tant bien que mal par approcher un vendeur, qui nous présente mille et une sortes de tissus colorés. On palpe les étoffes… on compare les textures et on repart chacune avec quelques modestes trésors.

C’est un lieu unique à Hong Kong.

19 avril – Les salines de Hong Kong

Hier, nous sommes partis à la découverte d’un lieu qu’on ne connaissait pas à Hong Kong : l’île de Yim Tin Tsai qui a la particularité d’abriter des vestiges coloniaux dont une église datant de 1800 ainsi que des salines !

Colonisée par une famille Hakka répondant au nom de Chan, au 19ème siècle, elle permit à sa population de vivre du commerce du sel.  Puis, aux alentours de 1860, un missionnaire élut domicile sur l’île, les convertissant au christianisme. Il fut efficace, puisqu’en 1875, tous les villageois de l’île furent baptisés. En 1879, une chapelle a été érigée par Joseph Freinademetz, un prêtre autrichien, qui fut canonisé en 2003… Lire la suite

17 mars – Attrapez les tous!

En prenant le tram, je m’assois à côté d’un petit papy qui a sur les genoux plusieurs téléphones posés sur une sacoche. Pas de vieux téléphones, non… les modèles derniers cris… tous écrans allumés, sur le jeu Pokémon Go.

Pendant tout le trajet, le monsieur s’agite, un téléphone après l’autre, attrape des Bulbizares, des Carapuces, des Salamèches et dieu sait quelles créatures, toutes plus adorables les unes que les autres. Lire la suite

10 mars – Bruce Lee de ma fenêtre

Les étudiants de l’école pour garçons située en face de chez nous n’ont pas encore repris les cours en face à face et le parking de l’établissement reste donc vide… tout comme les couloirs et les salles de classes.

Du coup, ce matin, un homme a profité de l’espace sur les places de stationnement pour s’entraîner à faire des arts martiaux avec un bâton. Il tourne lentement, fait des figures, agite son bâton au-dessus de sa tête, lève les jambes dans des positions dignes d’un bon film de Bruce Lee.

Je ne sais pas s’il fait du tai chi avec bâton, du kali stick ou du kung fu, mais c’est très beau.