10 janvier – Sur les pas des Tang

Ce week-end, nous nous aventurons sur le Ping Shan Heritage Trail, un sentier reliant plusieurs bâtiments historiques fondés par les Tang aux alentours de 1800. Le sentier traverse notamment trois villages murés et six villages « standards », fondés par la même famille.

Les Tang sont l’un des cinq grands clans des Nouveaux Territoires, avec les Man 文, les Hau 侯, les Pang 彭 et les Liu 廖.

La famille Tang est la plus ancienne, la plus grande et la plus célèbre des Nouveaux Territoires.  Ils sont installés dans la région depuis un peu plus de 900 ans. Ils seraient même les descendants de Tang Lum (鄧林), le fils aîné de la princesse de la Dynastie des Song (1127-1279).

C’est lorsque le père de la princesse, l’empereur Gaozong de Song (le dixième empereur de la dynastie Song) dut fuir, avec l’arrivée des Jurchens, que la princesse se réfugia dans le Sud. Là, elle épousa Tang Wai-Kap (鄧惟汲) qui habitait à Kam Tin. Leur fils aîné, Tang Lum, fit prospérer le clan et celui-ci s’étendit ainsi.

Aujourd’hui, ce sont toujours les descendants des Tang qui habiteraient le village et celui-ci a des allures un peu étranges puisque les bâtiments historiques côtoient de nombreux garages où des voitures de toutes sortes sont parquées… des simples Honda aux Ferrari rutilantes. Les Tang doivent être concessionnaires, j’ai l’impression.

Avec les restrictions, nous n’avons malheureusement pas pu explorer l’intérieur des bâtiments mais j’ai été fascinée par ce village où la vie ne s’est pas arrêtée et où les fresques d’antan dorment entre deux entrées de maison ou au dessus d’un hangar à vélo.

02 novembre – Du thé, s’il vous plaît !

Au restaurant, le thé est un incontournable. Il est servi d’office et la théière sera remplie à gogo en fonction de votre soif. Quand celle-ci sera vide, il suffira de poser son couvercle légèrement en décalé et les serveurs sauront alors qu’il faudra la remplir. Puis, on tapotera avec deux doigts sur la table pour dire merci.

La coutume est ancienne et date de l’Empereur Qian Long. A cette époque, celui-ci avait pour habitude de voyager incognito, déguisé en simple sujet, afin de mieux connaître la vie de ses citoyens. 

Un jour, il alla manger dans un restaurant avec l’un de ses serviteurs. Quand la tasse de ce dernier fût vide, l’Empereur – se comportant comme un homme ordinaire – lui servit du thé. Très gêné, celui-ci voulut lui montrer sa reconnaissance, mais il ne pouvait pas faire de révérence sans faire sauter la couverture de l’Empereur. Il tapota alors avec deux doigts sur la table pour mimer la courbette.

La coutume est restée et elle est permet également de ne pas interrompre le fil de la conversation lorsqu’on se fait verser du thé !

Bon, dans la vraie vie, il est quand même plus poli de dire un « Mgoi saai » (merci beaucoup)… surtout si vous ne parlez pas à bâtons rompus.

19 août – Le mois des fantômes affamés

Ce mois ci à Hong Kong, c’est le mois des fantômes affamés, alias Hungry Ghost Festival.

En gros, tout comme à Halloween, dans la tradition chinoise, on pense que les esprits qui sont morts seuls, qui sont instables ou errants… quittent le royaume des morts pour revenir sur terre… Cela a lieu tout le mois avec un pic le 22 août ! Et ces fantômes sont facétieux et adorent piéger les vivants, leur faire des farces… et peuvent aussi se mettre en colère contre quelqu’un, voire leur porter la poisse.

Pour y pallier, pendant tout le mois, des rituels sont organisés pour rendre hommage à ces défunts, mais aussi à ses propres ancêtres. Sur la rue et dans les cimetières, offrandes, présents, encens sont déposés et les gens brûlent des papiers spéciaux afin d’apaiser ces âmes. Les familles servent généralement de la nourriture sur des tables commémoratives dans leurs maisons pour demander la bénédiction de leurs ancêtres et leur demander de veiller sur eux. Le soir du 21, les habitants organisent un festin et laissent une place vide à la table pour leurs membres disparus…

Hors Covid, les foules se rassemblent la nuit pour assister à des représentations d’opéra chinois organisées dans des structures temporaires en bambou. Les gens lâchent également des lanternes en papier sur l’eau, afin de guider les fantômes dans l’au-delà.

Mais, en complement, il y a tout une liste de choses à éviter pour ne pas déranger ou irriter les fantômes :

– Éviter de raconter des histoires de fantômes…

– Éviter de toucher les offrandes de nourriture qui sont dans la rue.

– Éviter d’organiser des événements importants pendant cette période, comme démarrer une nouvelle entreprise, se marier ou emménager dans une nouvelle maison.

– Éviter de laisser de l’argent dans la rue… ce qui peut être considéré comme un pot-de-vin destiné aux gardes de l’haut-delà…

– Éviter de prendre le dernier bus ou métro de la journée (souvent plein de fantômes)

– Éviter de prendre des photos la nuit.

– Éviter de planter vos baguettes dans votre bol

– Éviter de dormir à côté ou face à un miroir.

– Éviter de porter des vêtements rouges et noirs.

Bon. Entre le miroir de notre chambre, mon article sur les fantômes, mon t-shirt rouge et mes chaussettes noires et Nico qui adore prendre des photos de nuit… on est mal barrés. Je vais vite aller planter des bâtons d’encens, je crois.

19 avril – Les salines de Hong Kong

Hier, nous sommes partis à la découverte d’un lieu qu’on ne connaissait pas à Hong Kong : l’île de Yim Tin Tsai qui a la particularité d’abriter des vestiges coloniaux dont une église datant de 1800 ainsi que des salines !

Colonisée par une famille Hakka répondant au nom de Chan, au 19ème siècle, elle permit à sa population de vivre du commerce du sel.  Puis, aux alentours de 1860, un missionnaire élut domicile sur l’île, les convertissant au christianisme. Il fut efficace, puisqu’en 1875, tous les villageois de l’île furent baptisés. En 1879, une chapelle a été érigée par Joseph Freinademetz, un prêtre autrichien, qui fut canonisé en 2003… Lire la suite