30 avril – Yeet hay!

Dernièrement, j’ai eu la chance de pouvoir participer au projet de ma talentueuse amie Stéphanie, une actrice hongkongaise qui a créé un court-métrage pour La Caravane des dix mots Hong Kong-Chine 2021, produit par Le Pavillon Rouge des Arts (Hong Kong) Limited.

Dans ce cadre-là, Stéphanie présente le concept de yeet hay, ce vent chaud interne propre à la médecine chinoise… et vous aurez la chance de me voir jouer la copine occidentale qui fait n’importe quoi avec ses baguettes!!!

Bravo à elle. Elle a tout créé de zéro… et dans une langue qui n’est pas sa langue maternelle et le résultat est super sympa.

De mon côté, je suis très flattée d’avoir pu y participer!!!

YEET HAY [FR/EN] from Stephanie Renae Lau on Vimeo.

05 avril – Laver son linge sale entre voisins

L’une des petites révolutions ménagères de notre vie depuis que nous sommes à Hong Kong : la présence d’une machine à laver le linge dans notre appartement! Plus besoin d’horaires, de pièces spéciales et plus besoin de devoir gérer les voisins peu respectueux pour laver nos chaussettes.

Lire la suite

Histoires expatriées #7  – L’humour, ou le mau4 lei4 tau4

Cet article (qui est mon 100e article!) participe au RDV #histoiresexpatriées organisé par le blog l’Occhio di Lucie

Ce mois-ci, dans le cadre du rendez-vous des histoires expatriées, l’auteure du blog 3 kleine Grenouilles, qui vit en Allemagne, nous a proposé le thème de l’humour !

Haaa, l’humour ! Thème complexe, puisque cela dépend du pays… et même au-delà de ça, de la langue (il suffit de regarder une publicité suisse allemande pour se rendre compte qu’on a pas le même humour d’un coin de pays à l’autre).

Et alors à Hong Kong ? Comment est l’humour ? Lire la suite

Still Human, un film à ne pas manquer

Dans l’avion pour Hong-Kong, j’ai eu la chance de voir un film qui m’a vraiment touchée : Still Human, de Oliver Chan.

En résumé, Still Human raconte l’amitié naissante entre Evelyn, une helper philippine, tout juste arrivée à Hong-Kong, et son employeur, Leung Wing Cheung, un vieil homme paralysé, suite à un accident du travail. On suit leur relation, les rêves d’Evelyn, leurs apprentissages mutuels de la langue de l’autre (enfin, de l’anglais pour Leung Wing Cheung…). C’est beau, tout en douceur, ça met en lumière un autre visage de Hong-Kong, plus intimiste et quotidien. Et ça vous permettra d’entendre cette langue cantonaise que j’aime tant et qui est si chantante! Lire la suite