11 avril – Mais qu’est-ce donc ?

Je marche dans Sham Shui Po, l’oeil aux aguets. Il faut dire que ce quartier recense mille et uns trésors. C’est l’endroit où l’on peut TOUT trouver.

En remontant une rue, je remarque un petit magasin de bric à brac. Devant, dans un seau, se trouvent de superbes bâtons en bambous décorés de dragons. C’est super joli. Je me penche. Les bambous sont creusés de l’intérieur, mais pas jusqu’au bout. Et à leur extrémité il y a un petit trou avec une sorte de petit capuchon qu’on peut enlever ou remettre.

– Monsieur, à quoi ça sert? Demandé-je au vendeur.

L’homme, accroupi dans l’arrière-boutique, me regarde mais ne répond pas. Moi j’insiste.

– Est ce que c’est pour cuisiner ?

Mon esprit s’évade et repense aux plats de riz cuits dans le bambou à Yangshuo. Mais l’homme secoue la tête.

– Ha. Mais c’est alors pour faire de la musique?

Caramba, encore raté. Il s’approche alors du seau pour me montrer. C’est une pipe à… je ne sais quoi… crack, haschich ou même tabac ? Mes compétences linguistiques ne vont pas si loin…

Bon… et bien je trouverai un autre moyen de cuisiner mon riz au bambou.

Le mah-jong et ses secrets

Il y a deux semaines, j’ai eu la chance de rencontrer Eric, fondateur du Mah jong Club, qui m’a présenté le mah-jong, un jeu de stratégie très populaire en Asie se jouant à quatre joueurs avec des pièces appelées tuiles. Avec Nicolas (en tant que photographe), nous sommes donc allés regarder un de ses ateliers qu’il anime chaque vendredi soir dans un restaurant typique… et qui m’a permis de rédiger un article pour mon travail pour Lepetitjournal.com (article complémentaire à lire ici ).

Lire la suite