07 février – Le petit marchand de Jade

Au croisement d’une rue, sur une table de fortune, un papy tourne une bille sur une meuleuse pour en faire une perle. Il est concentré. A côté de lui, un petit appareil pour creuser la pierre est posé à côté d’un bol d’eau trouble.

Je m’approche pour observer. Il fabrique des bracelets, des porte-bonheurs, des bagues ou diverses décorations vert pâle ou roses. « C’est de la jade! », me dit il en pointant en souriant le matériau qu’il travaille.

Dans la culture chinoise, la Jade – qu’on appelle 玉 (yù) – a en effet son importance. Elle symbolise la pureté et la longévité… et elle est utilisée partout. Chaque bijouterie aura son petit étal vert dans un coin, aux côtés des bijoux en or vif. C’est très beau et massif et le vert se décline en plusieurs teintes, du vert-eau pâle au vert vif électrique !

Le petit monsieur me sort un moulin à vent, qu’il a réalisé pour le Nouvel An Chinois. « Ca porte-bonheur ! », me dit-il.

L’objet est ciselé, magnifique… Je l’achète et je repars, rassurée ! L’année du Tigre ne peut donc que bien se passer !

04 janvier – Onion Petermann

Il y a deux semaines, à la foire du livres de Tai Kwun, je m’approche d’un stand. C’est celui de l’illustrateur Onion Petermann que j’adore.

Je me penche vers la jeune femme qui se tient derrière celui ci et je lui glisse : Mais… Onion Petermann est hongkongais ?

Allez savoir pourquoi, je visualisais plutôt un auteur allemand mesurant bien 1m80.

La jeune femme lève les yeux vers moi.

– Oui. C’est moi, Onion Petermann !

J’ouvre la bouche de surprise (heureusement, avec le masque, ni vu ni connu). Puis elle me montre l’un de ses derniers ouvrages et j’éclate de rire.

Il référence les bornes à incendie en Suisse… et avec ces touts petits détails croqués au gré de ses voyages, elle me ramène chez moi !

26 novembre – Les coulisses de l’opéra cantonais !

Mon dernier article dans le magazine Paroles, de l’Alliance française, est sorti…

Pour l’occasion, je suis allée interviewer 4 spécialistes de l’opéra cantonais : la responsable du Xiqu Center, un théâtre dédié à l’opéra cantonais, la curatrice de l’espace dédié à l’opéra cantonais du Heritage Museum de Sha Tin et deux acteurs !

Pour lire l’article ca se passe en dessous ou via ce lien : https://www.afhongkong.org/en/library-and-publications/paroles, à partir de la page 20, suivi par la version en chinois (ce qui me rend toujours très fière).

12 novembre – Trust and confusion

En ce moment, l’artiste Tino Seghal organise une performance au sein de la sublime prison de Tai Kwun.

La performance est impressionnante et déroutante à la fois. 7h par jour, pendant un mois, une trentaine de personnes danse, chante, bouge et raconte de vraies histoires aux passants.

Hier, assise dans la cour de Tai Kwun, j’ai pu écouter 4 histoires personnelles que m’ont contés les performeurs. Une femme m’a raconté un challenge de natation dans les eaux japonaises, un jeune homme m’a raconté les circonstances du mariage de ses parents, un Australien m’a conté les violences cachées des riches banlieues tandis qu’un homme m’a fait rire en me parlant de son obsession pour les loirs.

J’ai adoré.

Si vous avez quelques minutes, allez donc vous perdre dans cette exposition vivante et vous immerger dans ces tranches de vie !

17 avril – Je suis allée voir un opéra cantonais!

Hier soir, j’ai eu l’immense chance de pouvoir accompagner mon amie Stéphanie, sa tante et son oncle à l’opéra cantonais (alias daai hei – grand spectacle!) dans le sublime théâtre Sunbeam de North Point. J’étais trop contente, c’était sur ma to-do-list depuis un moment déjà et cela m’intriguait beaucoup.

En arrivant sur place, je ne m’attendais à rien du tout. J’avais pu, il y a deux ans, aller à une initiation à cet art au West Kowloon Theater, mais à part cela, je n’y connaissais pas grand-chose. Je savais juste que ce serait très long, et que les costumes seraient splendides.

Lire la suite