16 décembre – Petites attentions

Je suis dans le train. Il est prêt à partir. Une femme en parka rose monte les escaliers en courant. Elle est essoufflée. Ses cheveux volent au vent.

Sur le quai, deux personnes l’aperçoivent. Ils se précipitent vers les portes du train pour les maintenir ouvertes.

– Joyeux Noël ! Joyeux Noël! Que vous êtes gentils, crie la femme en se jetant dans celui ci.

L’un des deux hommes fait une petite courbette. Et ils s’en vont.

Le train démarre avec sa passagère en son bord.

15 décembre – L’accueil

Je suis dans une ruelle à Yverdon. Il est 7h du matin. Je cherche une adresse. Là, une femme s’arrête.

– Vous avez besoin d’aide? Do you need help ?

Depuis que j’arrive, les petites attentions se succèdent. Petites phrases gentilles, propositions d’aide pour porter mon sac, indication de chemin, sourires et discussions plaisantes.

Il n’y a pas à tergiverser. Les Suisses sont adorables et ça fait chaud au cœur !

12 décembre – Ça tousse

Voilà quelques jours que je me balade en train. Au sein de ceux-ci, ça crache, ça tousse, ca renifle. C’est l’hiver et les petits virus hivernaux ont fait leur apparition.

Toutefois, malgré les trois ans de Covid, personne ne porte le masque pour protéger les autres. Et on me jette des regards en coin avec mon masque dans les transports (perso, je n’y renoncerai pas… ca réchauffe le nez de fou!).

Bref, comme quoi, ce n’est vraiment pas rentré dans les mœurs comme ça l’a été à Hong Kong après le SARS… tant que ce n’est pas le Covid, il n’est pas nécessaire d’éviter aux autres de chopper nos virus.

C’est assez révélateur des différences culturelles entre l’Asie qui a une mentalité plus communautaire et l’Europe où nous sommes plus individualistes.

09 janvier – Glagla

Je l’ai répété des dizaines de fois à mes amis hongkongais : « Oh oui, je me réjouis de retrouver le froid! Cette sensation vivifiante… ce coup de fouet qui vous réveille le matin… et ce sentiment agréable qu’on a en rentrant dans un endroit chaud! Le froid, il n’y a que ça de vrai… »

Ce matin, debout à mon arrêt de bus, je repense à mes fanfaronnades, réalisées sous le soleil, quand 13 degrés me semblaient déjà être le début d’une météo arctique.

Il fait moins un degré. Il n’y a même pas de vent. Pourtant, malgré mon manteau, ma double écharpe, mes grosses chaussettes… j’ai froid! Je grelotte. Mes jambes, mes pieds, mes doigts me font un mal de chien. Je sens mon nez et mes oreilles se durcir sous l’effet du gel. Le sang quitte mes extrémités et je me demande à quel moment je vais tomber dans les pommes et m’endormir à tout jamais.

Je regrette donc tout ce que j’ai dit à mes camarades hongkongais. Je déteste le froid. Je n’en veux plus. J’aime la moiteur des étés sud-asiatiques… la transpiration qui coule dans le dos et l’humidité qui nous colle au sol.

08 décembre – Affaires d’hiver

Je prépare ma valise. Il est temps de ressortir les manteaux, les gros pulls, le bonnet et les chaussures en cuir. Cela fait depuis 2019 qu’ils dorment au fond de l’armoire.

Le manteau est lourd. J’avais oublié. Une couche de poussière s’est posée sur la laine. Les chaussures sont si difficiles à enfiler… et les pulls blancs ont jauni, roulés en boule derrière les vêtements d’été.