10 janvier – Sur les pas des Tang

Ce week-end, nous nous aventurons sur le Ping Shan Heritage Trail, un sentier reliant plusieurs bâtiments historiques fondés par les Tang aux alentours de 1800. Le sentier traverse notamment trois villages murés et six villages « standards », fondés par la même famille.

Les Tang sont l’un des cinq grands clans des Nouveaux Territoires, avec les Man 文, les Hau 侯, les Pang 彭 et les Liu 廖.

La famille Tang est la plus ancienne, la plus grande et la plus célèbre des Nouveaux Territoires.  Ils sont installés dans la région depuis un peu plus de 900 ans. Ils seraient même les descendants de Tang Lum (鄧林), le fils aîné de la princesse de la Dynastie des Song (1127-1279).

C’est lorsque le père de la princesse, l’empereur Gaozong de Song (le dixième empereur de la dynastie Song) dut fuir, avec l’arrivée des Jurchens, que la princesse se réfugia dans le Sud. Là, elle épousa Tang Wai-Kap (鄧惟汲) qui habitait à Kam Tin. Leur fils aîné, Tang Lum, fit prospérer le clan et celui-ci s’étendit ainsi.

Aujourd’hui, ce sont toujours les descendants des Tang qui habiteraient le village et celui-ci a des allures un peu étranges puisque les bâtiments historiques côtoient de nombreux garages où des voitures de toutes sortes sont parquées… des simples Honda aux Ferrari rutilantes. Les Tang doivent être concessionnaires, j’ai l’impression.

Avec les restrictions, nous n’avons malheureusement pas pu explorer l’intérieur des bâtiments mais j’ai été fascinée par ce village où la vie ne s’est pas arrêtée et où les fresques d’antan dorment entre deux entrées de maison ou au dessus d’un hangar à vélo.

06 décembre – Aux portes de Shenzhen

Samedi, une fois n’est pas coutume, nous faisons appel à un guide pour aller découvrir la zone tout au Nord des Nouveaux Territoires !

Victor nous accueille donc à Sheung Shui où, après avoir découvert la ville et son histoire, nous louons des vélos pour partir à la conquête de la zone bordant Shenzhen.

Après avoir pédalé le long de la rivière, observé le poste de contrôle et le petit pont nous séparant de cette grande ville chinoise, nous arrivons sur une colline où la vue est époustouflante. On admire les tours, les rues animées et on aperçoit même les passants et les voitures qui circulent dans les rues.

En redescendant, nous nous rendons dans un petit village où se trouve une fabrique de tofu locale. Là nous dégustons quelques desserts traditionnels et des cubes de tofu grillés au piment. C’est délicieux. J’ai un faible pour le pudding de tofu au sésame noir qui est crémeux comme un yoghourt !

Puis, Victor nous emmène sur les pas de la famille à qui le village appartient et nous en dit plus sur les clans qui gouvernaient la région… avant de finir la balade en nous emmenant manger du siu yok, une spécialité hongkongaise !

En résumé, la balade était sublime et l’on s’est sentis en vacances… !

Si vous ne savez donc pas que faire pendant vos weekends ou vos vacances de Noël, voilà une activité que je vous recommande plus que chaudement !

Pour en savoir plus : https://hiddengemstravelhk.com/

26 novembre – Les coulisses de l’opéra cantonais !

Mon dernier article dans le magazine Paroles, de l’Alliance française, est sorti…

Pour l’occasion, je suis allée interviewer 4 spécialistes de l’opéra cantonais : la responsable du Xiqu Center, un théâtre dédié à l’opéra cantonais, la curatrice de l’espace dédié à l’opéra cantonais du Heritage Museum de Sha Tin et deux acteurs !

Pour lire l’article ca se passe en dessous ou via ce lien : https://www.afhongkong.org/en/library-and-publications/paroles, à partir de la page 20, suivi par la version en chinois (ce qui me rend toujours très fière).

19 août – Le mois des fantômes affamés

Ce mois ci à Hong Kong, c’est le mois des fantômes affamés, alias Hungry Ghost Festival.

En gros, tout comme à Halloween, dans la tradition chinoise, on pense que les esprits qui sont morts seuls, qui sont instables ou errants… quittent le royaume des morts pour revenir sur terre… Cela a lieu tout le mois avec un pic le 22 août ! Et ces fantômes sont facétieux et adorent piéger les vivants, leur faire des farces… et peuvent aussi se mettre en colère contre quelqu’un, voire leur porter la poisse.

Pour y pallier, pendant tout le mois, des rituels sont organisés pour rendre hommage à ces défunts, mais aussi à ses propres ancêtres. Sur la rue et dans les cimetières, offrandes, présents, encens sont déposés et les gens brûlent des papiers spéciaux afin d’apaiser ces âmes. Les familles servent généralement de la nourriture sur des tables commémoratives dans leurs maisons pour demander la bénédiction de leurs ancêtres et leur demander de veiller sur eux. Le soir du 21, les habitants organisent un festin et laissent une place vide à la table pour leurs membres disparus…

Hors Covid, les foules se rassemblent la nuit pour assister à des représentations d’opéra chinois organisées dans des structures temporaires en bambou. Les gens lâchent également des lanternes en papier sur l’eau, afin de guider les fantômes dans l’au-delà.

Mais, en complement, il y a tout une liste de choses à éviter pour ne pas déranger ou irriter les fantômes :

– Éviter de raconter des histoires de fantômes…

– Éviter de toucher les offrandes de nourriture qui sont dans la rue.

– Éviter d’organiser des événements importants pendant cette période, comme démarrer une nouvelle entreprise, se marier ou emménager dans une nouvelle maison.

– Éviter de laisser de l’argent dans la rue… ce qui peut être considéré comme un pot-de-vin destiné aux gardes de l’haut-delà…

– Éviter de prendre le dernier bus ou métro de la journée (souvent plein de fantômes)

– Éviter de prendre des photos la nuit.

– Éviter de planter vos baguettes dans votre bol

– Éviter de dormir à côté ou face à un miroir.

– Éviter de porter des vêtements rouges et noirs.

Bon. Entre le miroir de notre chambre, mon article sur les fantômes, mon t-shirt rouge et mes chaussettes noires et Nico qui adore prendre des photos de nuit… on est mal barrés. Je vais vite aller planter des bâtons d’encens, je crois.

07 juin – Un passage au Che Kung Temple

Il est dimanche. Au réveil on décide d’aller voir un temple qu’on ne connaît pas encore, le Che Kung Temple, situé proche de Sha Tin.

On saute dans un bus… et 45 minutes plus tard, nous voilà dans la banlieue de Sha Tin, longeant une piste cyclable qui mène jusqu’au sanctuaire. Un jeune garçon fait du vélo, va et vient, agite la main en passant vers nous, nous crie un bonjour avant de s’en aller et de revenir !

Lire la suite