15 octobre – Ambiance aqueuse

Depuis plusieurs jours – et ce malgré le déshumidificateur – l’humidité ne passe pas en dessous de la barre des 85% dans notre appartement. Tout est moite, humide.

Je récupère un t-shirt, posé dans ma salle de bain, et j’ai l’impression qu’il sort de la machine. Mon aromat ne fait plus qu’un bloc…

Le point positif : même sans crème, ma peau reste hydratée !

28 septembre – Musique d’ascenseur bis

Cet après-midi je suis attendue au 25e étage d’un building industriel. En pénétrant dans le bâtiment, l’ascenseur est ouvert. Je m’y précipite. Il est bondé.

Puis, alors que je cherche le numéro de mon étage, je me rends à l’évidence. Je suis montée dans l’ascenseur des étages pairs.

– Bon… je vais monter jusqu’au 24e étage, me dis-je. Puis je monterai le dernier étage à pieds.

Arrivée au 24, je cherche les escaliers. Je remonte le couloir jusqu’à atteindre le fond de l’immeuble et là, mince. Si je pousse la porte, je déclencherai l’alarme à incendie. Je reviens sur mes pas, redescends jusqu’au rez… cherche l’ascenseur des impairs.

10 minutes plus tard, me voilà donc au 25e étage ! Comme il fait bien 35 degrés, j’arrive dans un piètre état !

20 août – Un entracte olé olé

Ce soir, nous sommes allés manger avec un couple d’amis.

Alors que je leur explique comment j’ai fait pour aller à l’opéra cantonais et comprendre l’intrigue sans sous titres… un silence s’abat sur notre petit groupe suivi par un immense éclat de rires.

Au lieu de dire :

– During the intermission, I read a summary of the upcoming act… and ask my friends details about it. (Ce qui signifie : Durant l’entracte, j’ai lu un résumé de l’acte à venir… et j’ai demandé des précisions à ma copine le concernant).

J’ai dit :

– During the intercourse, I read a summary of the upcoming act… and ask my friends details about it.

Intercourse signifie « rapport sexuel » en anglais…

La solitude de ceux qui ne parlent pas leur langue maternelle !

15 août – Des mots pleins de possible

Si j’essaye d’apprendre à lire le chinois, je suis bien loin de pouvoir comprendre quoi que ce soit.

Cet après-midi, Nicolas et moi passons à la librairie. Environ 15% des bouquins disponibles sont en anglais, tandis que 85% des rayonnages nous sont totalement hors de portée. Du coup, j’erre dans les rayons et j’essaie de comprendre de quoi il en retourne de par la couverture.

Parfois c’est évident. Parfois… pas du tout. Et mon imagination comble alors les manques, créant des scénarios absurdes et très marrants.

Un petit aperçu en images de quelques couvertures bien mystérieuses!

24 juillet – Les petites joies du samedi

Le samedi, on ne travaille pas et, logiquement, le temps passe plus lentement. Mais ce n’est pas pour autant que l’on s’ennuie. Après notre test PCR du matin – joie bonheur que de commencer la journée avec un coton tige dans chaque narine et dans la gorge… plusieurs petites choses nous mettent du baume au cœur !

Voici donc la liste de nos petits plaisirs de la journée :

Lire la suite