27 juillet – Expédition quarantaine

Plus que cinq jours, presque 4 avant notre libération! Lorsqu’on est enfermés, les jours finissent toujours plus ou moins par se ressembler et l’on en vient à se demander quel jour on est. Heureusement, le travail et la routine aident à garder un semblant de normalité.

Chaque matin, entre 7h et 9h, un employé vient déposer un plateau repas devant notre porte. Quand cela arrive, il sonne (et toque en même temps… au cas où on aurait pas entendu ?). Ce n’est pas très régulier. Parfois, c’est à 7h pile, parfois, comme ce matin, à 8h45. Si on a de la chance, on arrive même à l’apercevoir en ouvrant la porte et on se sent tout drôle à l’idée d’avoir vu un autre être humain!

Après le petit déjeuner, nous faisons la vaisselle dans l’évier de la salle de bain, nous faisons le lit, « rangeons » et « aérons » la chambre… avec l’aide de la clim et d’huiles essentielles. Je ne sais pas si c’est très efficace mais psychologiquement, ça fait l’affaire. Puis on se met à travailler jusqu’à midi.

Là, à nouveau, entre 12h et 14h, le plateau repas nous est livré à la porte. Pour le chercher, nous devons mettre le masque, ouvrir la porte et le prendre sur la chaise posée juste devant (et enrobée dans du cellophane…). Nous sommes filmés alors attention à bien mettre son masque avant d’ouvrir, sous peine de sanctions.

L’après-midi, on rebosse… et quand le soir arrive, on se fait une séance de vélo – chacun notre tour, aux côtés de notre cher Yann… – en attendant la livraison du repas, entre 18h et 20h. Puis, on entame alors notre folle soirée où j’aime bien observer les gens sur la terrasse en contrebas.

Parfois on regarde la TV. On découvre des émissions québécoises sur TV5 Monde, comme l’émission Expédition kayak, où l’on suit une bande d’amis faisant du kayak dans des conditions pas possible… ou de vieux films comme Mars Attack, qu’on a vu hier. On lit. On écoute des podcasts et de la musique. Je joue au scrabble en ligne, Nicolas aux échecs. Notre vie est tout à fait palpitante !

Les jours se suivent et se ressemblent donc et ne se ressemblent pas en même temps. Mais on peut dire ce que l’on veut, le temps finit toujours par passer.

Je plains cependant ceux qui doivent passer par 21 jours de quarantaine… c’est long, je dois bien l’admettre.

Photo tout à fait fascinante de notre vie en quarantaine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.