Rechercher un appartement

Nous sommes chanceux : l’employeur de Nicolas nous accompagne avec panache dans notre installation! Et nous allons pouvoir loger dans un appartement vraiment confortable compte tenu des réalités du marché.

Pour ce faire, nous avons l’aide de S., une jeune femme hong-kongaise hyper efficace pour nos recherches d’appartements.

Elle a déjà fait visiter 10 appartements à Nicolas avant que je n’arrive et aujourd’hui, c’est moi qui m’y colle avec 10 autres visites. J’avoue qu’en tant que Suissesse, avoir 20 visites en l’espace de 3 jours me semble absolument incroyable! 20 appartements de libres en même temps! Mais apparemment, c’est normal ici… et c’est encore peu par rapport à il y a quelques années. Désormais, quelques personnes fortunées investissent dans des logements avec le but de les revendre quand le marché aura grimpé… et dans l’intervalle, ils préfèrent les laisser vacants, me confie S.

C’est donc l’esprit curieux que je me rends au rendez-vous. Les visites se suivent – et se ressemblent un peu. L’architecture hong-kongaise (dans les logements que nous visitons) est relativement calibrée. Les chambres sont minuscules et on remarque qu’elles ont été faites pour des tailles plus petites que les 1m90 de Nicolas. Les lavabos sont très bas, le judas à la porte est situé à 1m60 environ… C’est tout un casse tête pour savoir si on réussira à y mettre un lit (ou du moins un matelas) de taille européenne standard, ainsi qu’une armoire. Il y a toutefois une chose que j’adore et qui revient toujours dans ces appartements : c’est le petit rebord le long des grandes fenêtres! Je m’y imagine déjà pelotonnée sur des coussins en train de lire, suspendue au dessus de la ville!

Nous visitons des appartements au 8ème, au 25ème, au 27ème, au 30ème et même au 52ème étage! J’ai les oreilles qui se bouchent en prenant l’ascenseur et je dois avaler ma salive tous les 10 étages. Il y a également souvent de petits balcons sur lesquels je n’ose pas m’aventurer. C’est tellement haut! S. rigole en me voyant approcher des vitres avec la vigilance d’un Sioux.

Je découvre également ce qu’on appelle ici les facilities : en gros, c’est des services en plus que tu as dans certains immeubles et que tu peux utiliser librement si tu y vis (gym, piscine, salle de jeux pour les enfants, terrasses communes, etc.).

Mais le marché hong-kongais est complètement fou. Les loyers sont exorbitants pour des surfaces réellement minuscules. Ceux-ci augmentent ou baissent considérablement en fonction du quartier (plus on s’éloigne de l’île, moins c’est cher…), ainsi que des caractéristiques de l’immeuble (les facilities, un immeuble récent et donc avec de l’eau potable, etc.) Et il semblerait qu’en tant qu’étranger les loyers soient encore plus chers – ce qui est normal car il est difficile d’accéder aux « bonnes affaires » plutôt publiées en cantonais. Comme vous pourrez le voir sur le site Numbeo, qui compare les données des villes autour du monde (les prix, le trafic, le niveau de criminalité, la pollution…) le coût de la vie est important à Hong-Kong ! Louer un appartement de 3 pièces au centre de Hong-Kong (donc environ 45-50m2) peut osciller entre 25’000HKD et 57’000 HKD (3’100CHF pour les plus chanceux à plus de 7’000CHF!). En sachant que le salaire mensuel moyen est de 20’000HKD (soit environ 2’500CHF), on peut imaginer qu’il soit compliqué de vivre dans cette grande métropole.

J’ai même appris que certaines personnes cherchaient les lieux hantés pour faire baisser le loyer. En effet, les hung jaak, comme ils sont appelés par les locaux, portent malheur et les prix baissent parfois jusqu’à 50% (d’après cet article du Figaro). Il existe même une app – sur le principe de Pokémon Go, qui permet de localiser les appartements dans lesquels une mort suspecte et violente a eu lieu, ceci afin de l’éviter si vous êtes superstitieux, ou de négocier le prix de votre chez-vous (et non, sortez vous cette idée de la tête, je n’essayerai pas cette app pour notre prochain appartement!).

Bref, à l’issue de ces visites, je crois que nous avons trouvé ce qu’il nous faut. Il faudra se casser un peu la tête au niveau de l’aménagement mais nous y serons bien. Maintenant, S. doit faire une offre au propriétaire. S’il accepte, nous pourrons y emménager d’ici une ou deux semaines – pile à temps pour accueillir notre container!

Pour en savoir plus sur comment trouver un appartement à Hong-Kong, voici 2 articles de blog plus détaillés et plus proches de la réalité quand on a pas l’aide de son entreprise :

Une réflexion au sujet de « Rechercher un appartement »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.